Un organisme à but non lucratif forme des personnes à des carrières qui changent leur vie

Generation, un partenaire de WeWork, met en relation des jeunes sans emploi afin de les former et de leur offrir des opportunités d’améliorer leur vie

Naomi Mankrado, diplômée du programme de professionnels d'assistance cloud de Generation, au WeWork 10 York Rd à Londres. Photo fournies par Cara Brown

Naomi Mankrado avait du mal à trouver sa place dans le monde du travail. Elle avait récemment déménagé de la maison de ses parents et ne parvenait pas à trouver un emploi qui corresponde à son diplôme en neurosciences. Vivant dans une auberge de jeunesse et sans emploi, Mankrado avait accepté un poste de barista pour gagner un peu d’argent tout en continuant à étudier les possibilités qui s’offraient à elle.  

C’est alors qu’elle s’est inscrite au programme de professionnels d’assistance cloud de Generation afin d’obtenir de l’aide pour avancer.

L’organisme à but non lucratif mondial Generation aide les personnes confrontées à des obstacles en matière d’emploi en leur proposant toute une gamme de programmes de formation et d’offres d’emploi dans divers domaines, de la technologie à l’hôtellerie en passant par les soins de santé. Pour Mankrado, qui est non seulement une femme noire spécialisée dans l’un des domaines STEM (science, technologie, ingénierie et mathématiques), mais qui était également dans une situation instable, le programme a été une planche de salut. Elle a suivi une nouvelle formation d’ingénieur en informatique qui l’a préparée à une carrière dans le domaine de l’informatique cloud. 

« Grâce à Generation, j’ai obtenu un poste chez River Island en tant qu’ingénieure en fiabilité de site », explique-t-elle. « Ma vie s’est nettement améliorée depuis que j’ai un emploi. Je suis devenue autonome. Je me sens prête à tout désormais ! »

Former la main-d’œuvre de demain

La mission de Generation, qui consiste à former et placer des personnes sans emploi dans de nouvelles fonctions professionnelles, s’aligne parfaitement sur l’engagement indéfectible de WeWork à accompagner le monde du travail de demain. Generation œuvre en partenariat avec WeWork depuis 2019 et organise des programmes de formation dans plus de 20 000 pieds carrés de bureaux à Londres, Birmingham, Manchester, Dublin, Paris, Barcelone et Madrid. Ces programmes comprennent notamment des formations en support informatique, ingénierie des données, de professionnel du cloud, et de service clientèle. Grâce à sa collaboration avec WeWork, Generation a accompagné plus de 1 400 apprenants dans toute l’Europe.

À Paris, les programmes Generation sont réalisés selon une approche d’apprentissage mixte, où le groupe d’une vingtaine d’étudiants reçoit deux jours de formation en personne au WeWork 198 Avenue de France et trois jours de formation en ligne, dispensée par des experts dans leur domaine. Au Royaume-Uni, Generation est passé à la formation en ligne pendant la pandémie. Certains étudiants de Londres, Birmingham, Manchester et Dublin se sont vu offrir des abonnements WeWork All Access afin d’avoir toujours à proximité un espace sûr et stable pour travailler. 

« Generation a eu la gentillesse de me fournir un espace WeWork », explique Mankrado, qui a souscrit un abonnement WeWork All Access. « Avoir ce lieu pour étudier m’a vraiment aidée à suivre le programme de professionnelle du cloud, car mon domicile n’était pas très stable et je ne disposais pas d’une bonne connexion Wi-Fi. » 

Accélérer la reprise après la pandémie

La pandémie a conduit à une augmentation sans précédent du nombre de personnes sans emploi. Même avant la crise, un cinquième des jeunes dans le monde avaient le statut de NEET, ce qui signifie qu’en ce moment, ils n’acquièrent pas d’expérience professionnelle, ne perçoivent pas de revenu du travail, et n’améliorent pas leur niveau d’éducation et leurs compétences. La formation et le soutien fournis par Generation n’ont jamais été aussi essentiels.

Thomas Courtheoux et Isabelle Mabeka, deux diplômés du programme de service clientèle de Generation, au WeWork 198 Avenue De France à Paris. Photo fournie par Morgane Dereeper.

« Ensemble [avec WeWork], nous élaborons une reprise inclusive, en accordant une attention particulière à l’accès aux emplois dans les secteurs à forte croissance comme la technologie et les soins de santé », déclare Micheal Houlihan, directeur général de Generation Royaume-Uni. « Les bureaux de WeWork ont été des lieux stimulants pour nos propres équipes. Nos apprenants — dont beaucoup n’avaient jamais mis les pieds dans un bureau auparavant — ont également été stimulés par la possibilité de se former avec nous dans des emplacements aussi exceptionnels. »

Thomas Courtheoux a entendu parler du programme de service clientèle de Generation par Pôle emploi, l’agence gouvernementale française qui enregistre et accompagne les demandeurs d’emploi. « Cela a éveillé ma curiosité, et j’ai contacté Generation pour suivre la formation », explique Courtheoux, qui avait connu un premier succès en tant que moniteur de colonie de vacances, mais qui avait ensuite eu du mal à se reconvertir dans le service clientèle, et s’est retrouvé au chômage jusqu’à ce qu’il suive la formation de Generation. « Ce que j’ai le plus apprécié, c’est la solidarité : nous formions un groupe très soudé. » 

Je peux maintenant envisager mon avenir : je vois ce que je vais faire, je vois mes objectifs, et c’est quelque chose qui a complètement changé ma vie !

Thomas Courtheoux, bénévole et chef de projet pour les anciens étudiants chez Generation

Courtheoux attribue également sa réussite à l’environnement d’apprentissage. « WeWork m’a apporté un sentiment de communauté », explique-t-il. « L’entreprise me fournissait un espace sûr, ce qui m’a permis de tisser des liens. »

À la fin de sa formation en service clientèle, Courtheoux a postulé à un poste de bénévole et chef de projet pour les anciens étudiants chez Generation lui-même et a reçu une offre. Il est maintenant épanoui et heureux dans son nouveau rôle. « J’ai eu une longue période de chômage et ce poste m’a complètement ouvert les yeux », dit-il avec soulagement. « Je peux maintenant envisager mon avenir : je vois ce que je vais faire, je vois mes objectifs, et c’est quelque chose qui a complètement changé ma vie ! » 

Naomi Mankrado n’est peut-être pas employée par Generation comme Thomas Courtheoux, mais elle réfléchit déjà à des moyens d’aider d’autres personnes comme Generation l’a fait dans son cas. « Dans quelques années, j’envisage de redonner à la communauté, peut-être par le biais d’un mentorat individuel ou d’un enseignement auprès des jeunes », dit-elle. Avoir une femme comme formatrice chez Generation a été incroyablement motivant et stimulant, donc je voudrais aussi jouer mon rôle dans le soutien aux femmes qui codent et dans la déstigmatisation des femmes dans la technologie. » 

Rosalie Klein est responsable de l’impact social pour les régions EMEA et APAC chez WeWork. Son quotidien est rythmé par une collaboration étroite avec des organismes à but non lucratif, des organisations caritatives et des entreprises sociales qui offrent des opportunités économiques aux communautés défavorisées.

Vous repensez votre espace de travail ?

Cet article a-t-il été utile ?
Category
Membres mis à l'honneur
Balises
CULTURE
IMPACT
INNOVATION