Prendre des initiatives au bénéfice de tous

Le mannequin vedette et philanthrope Toni Garrn utilise WeWork pour développer son ONG qui soutient les filles en Afrique

Le mannequin Toni Garrn (centre) est la fondatrice de la Toni Garrn Foundation, qui soutient les initiatives d'éducation des filles en Afrique. Photographies avec l’aimable autorisation de la Toni Garrn Foundation

Les modes de travail ont fondamentalement changé. Les gens ne recherchent plus seulement un équilibre entre travail et vie personnelle. Ils veulent avoir la possibilité de choisir quand, où et comment ils travaillent. Ils veulent avoir la liberté de créer leurs propres horaires, de faire un travail qu’ils jugent utile, et d’être dans un espace qui répond à leurs besoins uniques. L’époque du « neuf à cinq » universel est révolue. Dans Toutes les façons de travailler, des membres WeWork racontent comment ils réinventent actuellement leurs vies professionnelles et s’épanouissent dans ce nouveau monde du travail.

Le bureau de Toni Garrn est rempli de tellement de boîtes en carton empilées les unes sur les autres que j’ai peur qu’elles ne se renversent sur elle pendant qu’elle les ouvre et qu’elle révèle leur contenu.

« Nous avons plus de 50 magnifiques sacs à main qui sont arrivés hier, et toutes ces chaussures et robes de créateurs. Certains d’entre eux n’ont été portés qu’une seule fois au Met Gala ou sur le tapis rouge des Oscars, et oh, regardez ceci », s’exclame Garrn en vidéoconférence. 

Elle me montre un superbe sac à main Prada en cuir noir avant de l’envelopper avec précaution dans du papier de soie. Toni Garrn, mannequin, humanitaire et directrice générale, se prépare pour son super marché aux puces annuel, qui s’appelle officiellement le « Supermodel Flea Market » et qui aura lieu pendant quatre jours cet automne à Berlin au profit de son ONG, la Toni Garrn Foundation. La fondation, que Garrn a créée en 2016, vise à élever le niveau de vie des femmes et des filles au Ghana, en Ouganda et au Burundi en intervenant sur différents aspects, de l’octroi de bourses pour aller à l’école à l’amélioration des infrastructures. 

« La Toni Garrn Foundation soutient des initiatives d’éducation en Afrique. Nous nous efforçons de construire un écosystème d’éducation et de santé pour les filles et les jeunes femmes. Notre vision commune est de fournir aux filles un espace sûr pour apprendre et grandir de manière égale afin qu’elles puissent prendre leurs propres décisions éclairées dans la vie », explique Garrn.

La plupart des marchandises emballées dans son bureau, des sacs à main aux chaussures, en passant par les robes et œuvres d’art, ont été expédiées dans son bureau WeWork de Berlin afin d’y être triées, étiquetées et photographiées pour un marché aux puces en personne à Berlin à l’automne. C’est un travail énorme, mais un travail qui de toute évidence lui tient à cœur.  

Des élèves de l’école secondaire Alma Mater à Wioso, au Ghana, participant à l’atelier de la Toni Garrn Foundation et de l’atelier du projet artistique Little Proba.

« Tous les bénéfices seront redistribués à nos filles », affirme-t-elle. « Nous collectons en particulier des fonds pour des travaux de rénovation dans les écoles d’Abato en Ouganda. Les planchers se dégradent, les murs ont besoin d’être réparés et, surtout, les toilettes sont trop vieilles et doivent être déplacées et installées dans un nouvel endroit. D’autre part, nous souhaitons équiper le nouveau dortoir des filles avec des meubles. Nous collectons également des fonds pour inclure une formation STEM pour les élèves dans leur programme », continue Garrn. « Toujours sur la liste et toujours importantes sont des bourses d’études pour les filles. L’année scolaire pour une fille coûte environ 500 EUR. Cela comprend le logement, trois repas par jour, les fournitures scolaires, l’uniforme scolaire, les produits de toilette et les soins médicaux de base. » 

Le fait d’emménager dans son premier bureau WeWork en décembre 2020 a permis à Garrn de faire passer sa fondation au niveau supérieur, d’un projet personnel à une organisation à but non lucratif sérieuse. Avant d’emménager chez WeWork, dit-elle, « ma mère faisait toutes les collectes de fonds avec moi et effectuait les voyages en Afrique. Maintenant, nous sommes une véritable ONG qui fonctionne avec des rentrées et des sorties mensuelles [fonds réguliers] et des projets sur le terrain qui reposent sur nous. Autrement, les filles ne peuvent pas aller à l’école. » Le développement a permis à Garrn de recruter Coralie Baumgaertel en tant que co-directrice générale.

Que je me promène dans l’établissement WeWork pour prendre un café ou même juste pour m’arrêter à l’imprimante, j’ai le sentiment de faire partie d’une communauté.

Toni Garrn, directrice générale de la Fondation Toni Garrn

WeWork a également fourni un espace à Garrn, une nouvelle mère, qui lui permet de sortir de la maison et se concentrer sur son travail. La salle est un agréable répit des exigences de la maternité, un lieu privé qui lui donne l’opportunité de réfléchir, de recharger ses batteries et de compléter sa liste de choses à faire. « Maintenant que j’ai un bébé à la maison, j’apprécie vraiment d’avoir un endroit calme pour mener à bien mes projets. Un lieu dont j’ai la clé et dans lequel personne d’autre ne peut entrer. »

Garrn connaît bien le style de vie du travail itinérant. Quand elle était mannequin adolescente, elle travaillait dans des salons d’aéroport et différents Starbucks du monde entier.

« Je suis un mannequin qui a commencé à travailler à l’adolescence, et chaque fois que je n’étais pas en studio, j’étais dans la seule chose que j’avais qui était comparable à un bureau, un salon d’aéroport avec Internet et une imprimante. J’adorais y regarder les gens, mais ceci est tellement mieux », affirme-t-elle en faisant référence à son bureau attribué

Elle est heureuse d’avoir un endroit où elle peut se sentir stable au milieu des obligations incessantes de la vie quotidienne. Elle y a amené un tapis de yoga pour essayer d’y consacrer quelques minutes entre deux appels. Et parfois, elle amène son bébé au bureau. « Je change la couche de ma fille ici depuis qu’elle a trois semaines, ici même, dans le coin d’un tapis du Ghana », dit Garrn alors qu’elle me montre un magnifique morceau de tissu conçu par des femmes avec lesquelles elle travaille au Ghana. Il s’agit d’un exemple des grands tapis qu’elle a vendus pour recueillir des fonds en collaboration avec Studio Proba. « Je changeais sa couche sur ces tapis, puis je travaillais et elle était juste derrière moi. »

Toni Garrn assise sur l’un des tapis conçus par des filles au Ghana, en Ouganda et au Burundi. Les tapis sont ensuite vendus sur le site Web de Studio Proba.

Sa co-directrice générale Coralie Baumgaertel vient souvent avec son propre enfant en bas âge pour des réunions. Elles se rencontrent également dans d’autres établissements WeWorks à Berlin et à Hambourg, où vit Baumgaertel et où Garrn est née. Lorsqu’elles sont au bureau ensemble, elles peuvent collaborer sur des projets pour le marché aux puces, discuter des voyages à venir en Afrique, déterminer l’allocation des fonds, et passer en revue tous les aspects de la gestion de projet.

Même lorsqu’elle est seule au bureau, Garrn apprécie de ne jamais être vraiment seule. « J’ai toujours été une personne sociable. Je n’aime pas être seule », dit-elle. « Que je me promène dans l’établissement WeWork pour prendre un café ou même juste pour m’arrêter à l’imprimante, j’ai le sentiment de faire partie d’une communauté. »

Jo Piazza est un journaliste primé, un auteur à succès, un stratège numérique et un animateur de podcast.

Vous repensez votre espace de travail ?

Cet article a-t-il été utile ?
Category
Membres mis à l'honneur
Balises
COMMUNAUTé
IMPACT
LE NOUVEAU MONDE DU TRAVAIL