Cinq perspectives sur l’avenir du travail flexible

Le directeur général de WeWork, Sandeep Mathrani, explique dans «The Economist» à quoi ressembleront les bureaux et les équipes de demain

La pandémie de la COVID-19 a définitivement transformé les modes et les lieux de travail des employés. Une enquête récente menée par FlexJobs a révélé que 65 % des travailleurs souhaitent travailler à distance à temps plein, même si les bureaux rouvrent leurs portes, et que 31 % souhaitent adopter une approche qui combine temps à distance et temps au bureau. Pour attirer les meilleurs talents, les employeurs devront créer à la fois des emplois du temps flexibles et des espaces de travail flexibles, un avenir hybride qui incitera les entreprises à adopter de nouvelles façons de penser.

Sandeep Mathrani, directeur général de WeWork, s’est récemment entretenu avec Jan Piotrowski, de la revue The Economist, pour discuter de l’avenir du travail flexible et des manières dont les entreprises comme WeWork peuvent jouer un rôle essentiel dans l’avènement de la prochaine ère du travail. Voici quelques éléments clés de l’interview. 

La flexibilité est la clé de l’adaptabilité et de la satisfaction

Alors que le télétravail est rapidement passé d’un avantage convoité à une nécessité mondiale en raison de la pandémie, les employés se sont rendu compte que les trajets réduits ou inexistants et que le temps supplémentaire passé en famille étaient des avantages appréciables. Mais le travail à domicile n’est pas sans problèmes : les inégalités en matière de garde d’enfants, le burn-out et la frontière de plus en plus floue entre le travail et les loisirs ont révélé que la solution idéale est en fait quelque chose entre les deux extrêmes. 

« Le mot que les gens utilisent beaucoup en ce moment est « hybride », a fait remarquer M. Mathrani à The Economist. « Vous travaillez à domicile deux ou trois jours par semaine, et [au] bureau deux ou trois jours par semaine. La flexibilité est une proposition de valeur qui s’est accélérée de façon spectaculaire. »  

« La flexibilité est également la façon dont les entreprises se développeront à l’avenir », a prédit M. Mathrani. L’augmentation du nombre de bureaux ne se fera plus en étapes plafonnées, où vous passez d’un niveau de superficie à un autre en signant des baux pluriannuels dont les conditions ne correspondent plus à vos besoins grandissants avant la fin de la durée du contrat. Au lieu de cela, les employeurs adopteront une solution de bureaux plus dynamique qui permettra à leur espace de travail de s’agrandir – ou de se réduire  en fonction de leurs besoins. 

« La proposition de valeur fondamentale de WeWork est la flexibilité », a déclaré M. Mathrani. « Nous sommes flexibles dans la quantité d’espace que vous prenez. Vous avez une certaine flexibilité dans le temps que vous prenez. Et nous sommes flexibles en termes de portabilité des coûts, ce qui signifie que si vous êtes chez nous à Londres et que vous devez déménager à Manchester, vous pouvez le faire sans avoir à dupliquer votre coût. » 

Le modèle en étoile est le nouveau QG

Même avant la pandémie, les employeurs de renom avaient commencé à réduire la taille de leurs méga bureaux dans des villes comme New York en faveur de sites plus petits répartis sur différents marchés. Les meilleurs employés ne voulaient plus seulement vivre dans les principales régions métropolitaines ; ils choisissaient des lieux comme Austin, Denver, Charlotte ou Nashville. Par conséquent, le modèle en étoile est en train de devenir rapidement une tendance mondiale à mesure que les équipes se trouvent de plus en plus dispersées, et que les employés prennent des décisions de carrière basées sur l’endroit où ils veulent vivre plutôt que sur l’endroit où se trouve le siège social. 

M. Mathrani utilise Londres comme exemple type de la façon dont l’écosystème des bureaux s’étend de plus en plus du point de vue géographique, et de la façon dont WeWork fournit une solution clé en main aux entreprises qui cherchent à adopter le modèle en étoile. « Vous avez une plaque tournante dans le centre de Londres, puis vous avez des rayons de collaboration à Waterloo et Paddington », a-t-il expliqué. « Nous voyons des entreprises comme la nôtre qui peuvent se mettre au service de leurs grandes entreprises clientes selon ce modèle… Et nous devenons effectivement ces rayons au sein de la ville [pour ces clients]. » 

La location de bureaux se fait de plus en plus à la demande

L’espace de travail est un actif statique depuis plus d’un siècle : vous vous rendez au même endroit et vous vous asseyez au même poste de travail tous les jours. Mais M. Mathrani pense que les bureaux de demain seront plus dynamiques et dématérialisés, ouvrant la porte à plus de modèles de bureaux à la demande pour les effectifs mondiaux. 

WeWork Gotham Center à Long Island, NY.

« La pandémie de COVID nous a permis de dématérialiser nos établissements en créant une carte All Access », a-t-il dit. « All Access donne à un client l’accès à des centaines d’emplacements WeWork dans le monde entier, et vous pouvez réserver à la demande à l’heure, au jour, à la semaine, ou vous pouvez opter pour un modèle d’abonnement. Nous avons commencé [à développer] la capacité de changer complètement la façon dont les gens envisagent le retour au travail. » 

Le bureau flexible de demain pourrait donc devenir plus réactif par rapport aux besoins des entreprises et des employeurs individuels, et inaugurer un nouveau type de travail qui abandonnerait l’écosystème du bureau fixe.   

La collaboration s’épanouit en personne

Même pour ceux qui ont pleinement adopté le travail à distance, un sentiment incontournable qu’il manque quelque chose se fait néanmoins ressentir lorsque nous ne sommes pas tous ensemble dans la même pièce. Le manque de collaboration physique a fait trébucher l’innovation. Ce n’est pas étonnant : ces petites collisions intellectuelles porteuses d’innovation qui se produisent dans les couloirs des bureaux et lors de déjeuners informels sont difficiles à reproduire à distance. 

« À mesure que la pandémie se prolonge, la productivité se porte plus mal et l’innovation également se porte plus mal », a déclaré M. Mathrani. « Les gens veulent venir [au bureau] et collaborer et innover. Ils sont impatients de pouvoir revenir et de s’y mettre. » Selon une étude menée par WeWork et brightspot strategy concernant l’impact du travail à domicile sur la collaboration, 90 % des personnes interrogées veulent retourner au bureau au moins un jour par semaine. 

M. Mathrani a également remarqué que le travail à domicile n’était pas une aubaine universelle pour la santé mentale des gens : les employés ressentent les effets du burn-out. Créer une frontière physique entre la vie professionnelle et la vie personnelle tout en donnant aux employés la flexibilité dont ils ont besoin pourrait grandement contribuer à un avenir plus équitable. 

« Les gens veulent retourner [au bureau] parce qu’ils ont besoin de sortir de chez eux. Il y a beaucoup de bruits, il n’y a pas de séparation, il y a des problèmes de santé mentale », a-t-il fait remarquer. « Ils ont vraiment besoin de paix et de tranquillité pour pouvoir être efficaces au travail. Et c’est là que ce modèle hybride entre en jeu. »

Le modèle traditionnel de contrat de location doit évoluer

La pandémie a eu un impact profond sur les résultats financiers des propriétaires immobiliers et oblige actuellement beaucoup d’entre eux à repenser le modèle de bail traditionnel. « Les propriétaires vont devoir proposer des durées de bail plus courtes, et je pense qu’ils créeront leurs propres espaces flexibles parce qu’ils ont besoin de garder leurs clients », a déclaré M. Mathrani. 

« Cette transformation ne créera pas nécessairement des conflits entre les propriétaires et les entreprises comme WeWork », a-t-il poursuit. « Nous savons concevoir ces espaces, nous savons les construire, nous savons les vendre à des petites entreprises, ce qui n’est pas le cas pour beaucoup », a-t-il conclu. La relation de symbiose entre WeWork et les propriétaires pourrait donner naissance à une toute nouvelle vague d’espaces flexibles dans les années à venir, accélérant une tendance qui a déjà été mise en mouvement par la pandémie.

T.M. Brown est un journaliste, écrivain et animateur de podcast basé à New York.

Vous êtes intéressé par un espace de travail ? Contactez-nous !
Cet article a-t-il été utile ?
thumbs-up thumbs-down