Votre milieu de travail est-il prêt pour la génération Z ?

La génération Z entre dans le milieu de travail dans une période d’incertitude sans précédent. La soutenir sera essentiel.

WeWork 1460 Broadway à New York. Photographie fournie par Her Campus Media LLC

La génération Z est entrée dans le monde du travail pendant une pandémie mondiale du genre qui ne se produit qu’une fois par siècle, et cela a complètement changé la trajectoire (et la stabilité) de ses parcours professionnels collectifs. Avant 2020, il semblait qu’elle allait profiter d’un marché du travail avec un faible taux de chômage après une décennie de croissance stable. Mais tout cela a changé du jour au lendemain.  

La génération Z est globalement la génération des personnes nées en 1997 et après. Ce groupe a grandi avec le streaming vidéo et les smartphones. Il entre actuellement sur un marché du travail bouleversé par la pandémie de COVID-19. La transition d’étudiant à employé n’est jamais facile, mais l’incertitude de la pandémie rend cette période encore plus difficile. Ces difficultés ont fortement frappé les membre de la génération Z en âge de travailler, ce qui a donné lieu à des niveaux élevés d’anxiété et de dépression, et les rend plus vulnérables par rapport au burnout et plus susceptibles de passer d’un emploi à l’autre.

Selon Adobe, la génération Z représentera 27 % de la main-d’œuvre d’ici 2025 et, qu’on le veuille ou non, elle est déjà en train de devenir le groupe de consommateurs dominant ainsi qu’un moteur de culture. Les entreprises devront faire appel à cette génération si elles veulent rester efficaces et compétitives. Alors que l’identité de la génération Z est en train de se former, il est essentiel que les employeurs comprennent les défis uniques auxquels cette génération est confrontée et soutiennent ses membres lorsqu’ils commencent leur carrière. S’ils ne le font pas, ils risquent d’être laissés pour compte.

La génération Z : qui sont-ils ?

Même avant la pandémie, les membres de la génération Z grandissaient dans un contexte d’incertitude. La menace de la grande récession se précisait. La génération Z n’a pas vécu la crise économique sur le plan professionnel, mais dès leur plus jeune âge, beaucoup de ses membres ont vu leurs parents ainsi que leurs frères et sœurs plus âgés lutter avec les problèmes de perte d’emploi et les difficultés financières. Cette exposition précoce à l’incertitude économique a rendu les membres de cette génération pragmatiques et septiques en ce qui concerne leur carrière.

La génération Z sera la génération la plus éduquée de l’histoire, avec 57 % d’inscriptions à un programme universitaire de deux ou quatre ans, par rapport à 52 % des milléniaux et 43 % de la génération X. Mais ces hauts niveaux d’éducation s’accompagnent de niveaux écrasants de dettes associées aux prêts étudiants. Aux États-Unis, selon Experian, l’étudiant moyen de la génération Z avait en moyenne une dette étudiante de 17 338 $ en 2020, soit une augmentation de 39 % par rapport à 2019 et sur la voie d’être égale, voire bientôt supérieure, à celle des générations précédentes.

WeWork Carrera 11B # 99-25 à Bogota, en Colombie.

La diversité, l’inclusion et la responsabilité sociale sont des préoccupations essentielles de la génération Z, qui est en passe de devenir la génération la plus diversifiée sur le plan racial, selon le Pew Research Center. Ses membres sont les plus susceptibles de déclarer connaître quelqu’un qui utilise des pronoms neutres en matière de genre. La moitié de ceux qui ont été interrogés ont déclaré que la société n’acceptait pas suffisamment les personnes qui ne s’identifient pas comme « homme » ou « femme », ce qui représente le taux le plus élevé de toutes les générations. 

Plus problématique encore, les membres de la génération Z indiquent faire face à des problèmes de santé mentale beaucoup plus que leurs homologues plus âgés. Selon une enquête réalisée en août 2020 auprès de 3 409 adultes américains par l’American Psychological Association, les adultes de la génération Z (âgés de 18 à 23 ans) ont signalé un niveau de stress moyen de 6,1 sur 10, le plus élevé de toutes les générations, l’ensemble des adultes signalant un niveau moyen de 5. 75 % des adultes de la génération Z déclarent avoir éprouvé un ou plusieurs symptômes de dépression. L’étude cite à la fois l’incertitude de la pandémie et un sentiment persistant de crise et de troubles sociaux comme causes potentielles. Il est clair que la génération Z est la première à souffrir du poids psychologique de cette époque incertaine.

Que veut la génération Z du futur du travail ?

Beaucoup des anxiétés ressenties par les membres de la génération Z ont des répercussions sur leur expérience du milieu de travail. Dans une enquête menée en 2021 par Adobe, 59 % des répondants de la génération Z ont déclaré se sentir insatisfaits de leur travail. Les problèmes liés à équilibre vie professionnelle-vie personnelle, les longues heures de travail, le stress lié à l’emploi du temps, et un manque de flexibilité sont d’autres causes majeures d’insatisfaction, 57 % d’entre eux déclarant se sentir obligés d’être joignables à tout moment de la journée.

Alors, qu’est-ce que la génération Z attend du travail ? La réponse est nuancée, et indique qu’une réussite est possible avec des journées de travail échelonnées qui répondent aux variations en matière de productivité des travailleurs. Adobe a constaté que 62 % des membres de la génération Z interrogés dans le monde ont déclaré qu’ils se sentaient obligés de travailler de 9 h à 18  h, malgré un sentiment d’être plus productifs à d’autres heures de la journée. Et 26 % déclarent avoir le sentiment d’être plus productifs de 18 h à 3 h, soit près de 10 points de plus que les autres générations indiquant avoir eu ce sentiment durant cette période. 

WeWork Carrera 12a #78-40 à Bogota, en Colombie.

L’étude montre que la génération Z est favorable à un retour au bureau, mais pas à temps plein. Il peut s’agir des 72 % des employés de la génération Z qui n’ont d’espace de travail dédié à leur domicile et des 86 % qui partagent leur logement avec au moins un autre adulte. Ils veulent les avantages sociaux du travail sur le lieu de travail, et 41 % d’entre eux identifient le mentorat comme quelque chose qui leur manque lorsqu’ils travaillent à distance. Selon une enquête réalisée par YouGov, près de 50 % d’entre eux craignent que le travail à distance ne nuise à la progression de leur carrière et à leur capacité d’obtenir une promotion. De plus, 20 % veulent travailler au bureau chaque jour, soit le pourcentage plus élevé de tous les groupes d’âge, mais 70 % préfèreraient une configuration de travail hybride.

Les employés de la génération Z veulent plus que simplement des emplois du temps flexibles. Dans une enquête menée par le Workforce Institute en 2019, 51 % des répondants de la génération Z ont déclaré être motivés par un travail agréable. Avec 57 % d’entre eux déclarant qu’ils espèrent avoir une promotion une fois par an, l’avancement professionnel et une reconnaissance concrète sont également de grandes sources de motivation.

Le niveau élevé d’insatisfaction professionnelle fait de cette génération un risque majeur de fuite. D’après Adobe, 74 % déclarent qu’ils changeraient d’emploi pour obtenir un meilleur équilibre vie professionnelle-vie personnelle, 66 % qu’ils changeraient pour un meilleur contrôle de leur emploi du temps, et 63 % qu’ils changeraient pour la possibilité de travailler à distance. 

Comment les entreprises peuvent-elles accompagner les travailleurs de la génération Z ?

Cette génération a beaucoup à offrir aux employeurs. Ils ont des compétences numériques innées ; ils ont des points de vue socialement responsables à l’échelle mondiale et des niveaux d’éducation supérieurs à ceux de la main-d’œuvre actuelle. Pour attirer et soutenir les employés de la génération Z, les employeurs ont tout intérêt à se concentrer sur trois aspects principaux : la confiance et le mentorat, une diversité et une inclusion constructives, et la santé mentale. 

WeWork Botanic à Bruxelles, en Belgique.

Développer les opportunités de mentorat

Dans une enquête réalisée après l’étude, les travailleurs de la génération Z ont exprimé un vif intérêt pour le mentorat et les possibilités de développement au travail. Une enquête menée en 2019 par le Workforce Institute a révélé que 44 % d’entre eux préféraient travailler avec leurs équipes en personne, 43 % ont affirmé préférer les formations pratiques et les orientations en personne, et 75 % ont dit préférer recevoir un retour d’information de leur responsable en personne. La confiance est capitale, et 47 % d’entre eux déclarent vouloir un responsable qui leur fait confiance, un souhait se trouvant tout en haut de la liste des caractéristiques qu’ils recherchent de la part de la direction. 

Mettre l’accent sur la diversité et inclusion

Cette génération ne s’intéresse pas aux gestes purement symboliques en matière de diversité et d’inclusion. Ses membres recherchent des entreprises ayant un leadership et des pratiques commerciales éthiques. Beaucoup pensent que les minorités ne sont pas bien représentées dans le milieu de travail. Cette préoccupation conditionne largement leur prise en considération des opportunités d’emploi. Dans une enquête menée par Tallo en septembre 2020 auprès de plus de 5 000 lycéens et étudiants, 69 % des répondants ont déclaré qu’ils seraient beaucoup plus susceptibles de postuler auprès d’une entreprise qui a mis l’accent sur la diversité et l’inclusion dans son processus de recrutement. Une personne sur trois a déclaré éviter les opportunités où elle soupçonnait qu’elle sera traitée injustement en raison de son identité sexuelle, ethnique ou raciale. Il est essentiel que la diversité et l’inclusion jouent un rôle clé dans le recrutement, la promotion et le fonctionnement d’une entreprise.

Proposer plus d’avantages en matière de santé mentale

Compte tenu des niveaux alarmants d’anxiété et de dépression parmi la génération Z, il est essentiel que les employeurs accordent la priorité à la santé mentale de leurs employés. Dans une enquête réalisée par Gallup avant la pandémie, la santé mentale se révélait être la première priorité pour la génération Z dans le milieu de travail. Un tiers (31 %) souhaitent que leurs employeurs proposent des journées de santé mentale, et 37 % souhaitent des horaires de travail flexibles

Les avantages traditionnels sont également importants. Dans la même enquête, 44 % d’entre eux ont déclaré attacher plus d’importance aux avantages liés aux soins de santé qu’aux congés payés lorsqu’ils envisagent un emploi. Des avantages santé de qualité signifient des assurances-maladie qui couvrent les services de santé mentale. 

Malgré les statistiques inquiétantes en matière de santé mentale, la génération Z reste optimiste : 64 % de ses membres déclarent se sentir optimistes quant à l’avenir. C’est peut-être cet espoir qui les empêche de se contenter d’un emploi qui ne leur convient pas. D’après Adobe, 56 % d’entre eux ont déclaré qu’ils chercheront probablement un nouvel emploi l’année prochaine, soit sept points de plus que la génération Y et 25 points de plus que la génération X. Une étude de Bankrate d’août 2021 établit ce chiffre à un taux stupéfiant de 77 %. Même si ce niveau de démission est improbable, il est clair que les travailleurs de la génération Z sont plus susceptibles de quitter leur emploi que les autres générations.

Chaque génération fait face à son propre ensemble d’obstacles, et ceux auxquels est confrontée la génération Z sont de taille inhabituelle. Cette adversité a donné naissance à une génération pragmatique et indépendante, prête à construire un avenir meilleur non seulement pour elle-même, mais aussi pour les travailleurs plus âgés et pour ceux qui viendront après elle. Le fait que cet avenir implique de travailler pour votre entreprise sera déterminé par la capacité de cette dernière à mettre l’accent sur la santé mentale, la diversité, le mentorat et la flexibilité.

Bradley Little est un écrivain et producteur vidéo basé à New York.

Vous repensez votre espace de travail ?

Cet article a-t-il été utile ?
Category
Travaux de recherche
Balises
ATTIRER ET RETENIR LES TALENTS
FLEXIBILITé
GESTION