De nouvelles stratégies d’environnement de travail qui donne plus flexibilité

CBRE et WeWork font part des préoccupations des entreprises et de la manière dont elles s'adaptent au nouveau milieu du travail

Lors d’un récent webinaire organisé par WeWork, CBRE et WeWork se sont rencontrés pour discuter de la manière dont les entreprises adaptent leurs stratégies de milieu de travail dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

Sidharth Dhawan, directeur de l’immobilier flexible chez CBRE APAC, a rejoint Liz Burow, vice-présidente des solutions Enterprise chez WeWork, pour un entretien animé par Alex Shoer, directeur de la stratégie chez WeWork. Voici quelques extraits de leur conversation :

Quelle est la demande la plus urgente que vous recevez de la part des personnes sur place ?

M. Dhawan (CBRE) : La question la plus importante concerne la santé et la sécurité des employés. Les occupants veulent s’assurer que leurs employés seront bien pris en charge. Ils s’interrogent également sur la productivité des employés dans le cadre de la « nouvelle normalité » afin de s’assurer que ces derniers disposent d’un environnement adéquat.

Mme Burow (WeWork) : Des questions très tactiques et pratiques à court terme nous sont posées : Quel est le plan en matière d’opérations ? Quel est le nouveau protocole de nettoyage et quelles sont les normes en matière d’EPI (équipement de protection individuelle) ?

C’est peut-être pour cela que de nombreuses entreprises prolongent leur politique de travail à domicile, parce qu’elles ne sont tout simplement pas encore confiantes. Elles essaient de réfléchir à la manière de réduire leur empreinte et d’être les plus productives en minimisant la présence physique. Les entreprises sont dans une phase d’exploration, bientôt elles commenceront à prendre des décisions, à agir en fonction de ces stratégies, et à voir ce qui fonctionne ou non pour les employés.

M. Dhawan (CBRE) : Nous voyons beaucoup d’équipes qui commencent par séparer les employés entre ceux qui devraient travailler à domicile, ceux qui pourraient être flexibles et ceux qui sont en première ligne. Pour ce faire, ils font appel à des acteurs habilités en matière de gestion de crise et à des études immédiates. Comment adopter une approche progressive jusqu’à ce que 60 à 70 % de nos employés retournent au bureau ?

Que pensez-vous du fait d’accroître la confiance des employés qui reviennent au bureau ?

Mme Burow (WeWork) : J’ai constaté à quel point il est utile et important de créer des liens humains. Beaucoup de gens sont anxieux et ne parviennent pas à se débarrasser de leur peur et de leur inquiétude. Lorsque vous voyez d’autres régions s’ouvrir et écoutez les témoignages, la présence physique au travail semble réalisable. Les gens peuvent ainsi imaginer se trouver dans la même situation, même s’ils sont actuellement coincés chez eux.

Aux entreprises, je dirais : communiquez avec vos employés. Rendez le tout visuel et narratif afin que les gens puissent s’imaginer être là-bas tout en se sentant en sécurité. 

WeWork Coda à Atlanta, GA.

À court terme, travailler à domicile semble être une bonne solution, mais je pense que la plupart des entreprises matures disent qu’à long terme, nous devons être conscients que les êtres humains sont des créatures sociales. Nous nous épanouissons lorsque nous avons le sentiment de faire partie d’une communauté. Les employés sont particulièrement motivés lorsqu’ils se sentent liés à la mission et à l’objectif d’une entreprise, lorsqu’ils se réunissent pour passer des moments axés sur la collaboration et la communauté.

WeWork a des équipes communauté qui se concentrent sur ce point. Elles s’efforcent de réunir leurs communautés en organisant des événements virtuels et des happy hours virtuels, même lorsque les équipes sont à la maison, et je pense que cela aide les membres à rester en contact avec la communauté dans son ensemble.

M. Dhawan (CBRE) : Lorsqu’il s’agit d’établir un climat de confiance avec les employés, nous constatons trois lignes de défense dans les bureaux. Tout d’abord, les institutions gouvernementales fournissent des consignes obligatoires concernant les exigences minimales, telles que les mesures de distanciation sociale, pour que les milieux de travail fonctionnent en toute sécurité. Ensuite, les propriétaires peuvent être considérés comme le « micro-maire » d’un bâtiment et doivent répondre aux besoins en matière de santé et de sécurité. Et enfin, les occupants eux-mêmes adoptent de nouvelles politiques pour assurer la sécurité de leurs employés. Ces dernières consistent à augmenter la fréquence de nettoyage et à de nouveaux aménagements des meubles dans le bureau.

CBRE a produit différents rapports et points de vue qui traitent des stratégies des occupants et des propriétaires compte tenu de la pandémie de COVID-19.

Mme Burow (WeWork) : Demander leur avis aux employés est une partie important dans l’établissement d’un climat de confiance. Nous voulons être au courant de l’évolution des données pour pouvoir les suivre, ce qui peut impliquer des enquêtes quantitatives, des études d’observation et une collecte de données qualitatives en personne. Lorsque les employés retournent au travail, comment se comportent-ils ? Quels sont les angles morts que nous avons manqués, ou qu’est-ce qui qui fonctionnent bien ? Ces questions nous aideront certainement à continuer à comprendre à quoi l’expérience dans le milieu de travail ressemblera.

Ce que nous pouvons faire maintenant, c’est décider quelles informations nous voulons collecter, établir des hypothèses sur ce que nous voulons apprendre, et nous assurer que nous avons des initiatives de recherche qui suivent et réinjectent cet acquis dans les solutions et les offres que nous pouvons fournir. En allant plus loin, en communiquant ces enseignements aux employés et en expliquant les changements dans la stratégie, la transparence est un avantage incontestable.

Quel est votre avis sur l’approche de réseau en étoile ? Comment les entreprises peuvent-elles prendre des mesures pour la mettre en place ?

M. Dhawan (CBRE) : Ce que nous avons commencé à voir dans l’APAC, ce sont des stratégies de « base et flexibles ». Les occupants recherchent des bâtiments qui fournissent des solutions d’espace à la fois permanent et flexible dans un même établissement. Ainsi, les occupants peuvent combiner des baux de base à long terme avec la possibilité d’adapter le nombre de places en fonction des besoins en effectif. Les bâtiments qui offrent une certaine flexibilité apparaissent maintenant sur la liste de présélection, surtout au vu des préoccupations actuelles des entreprises.

Les occupants et les propriétaires ont recours à la technologie, notamment à des applications mobiles de mise en relation avec les locataires, pour rester connectés. Ils communiquent également beaucoup plus avec leurs employés, non seulement sur l’entreprise, mais aussi sur l’État ou le pays dans lequel ils se trouvent.

Les propriétaires sont-ils davantage intéressés par un espace flexible pour leurs propres bâtiments ? Comment leurs motivations évoluent-elles en ce moment ?

M. Dhawan (CBRE) : Une attention particulière prêtée aux locataires est un différenciateur clé pour les propriétaires d’aujourd’hui. Les propriétaires recherchent des services de bien-être pour aider les entreprises à faire en sorte que leurs employés restent impliqués et en bonne santé. Certains propriétaires mettent également en œuvre des technologies telles que des scanners de température à infrarouge et des systèmes muraux pour les ascenseurs, avec toujours la désinfection à l’esprit. Ils renforcent les systèmes de ventilation et augmentent les plannings de nettoyage, entre autres changements.

WeWork Coda à Atlanta, GA.

Mme Burow (WeWork) : Des modèles et des normes commencent à apparaître concernant l’expérience humaine dans le milieu de travail, et WeWork les suit dans le monde entier. Les propriétaires prennent cela très au sérieux et y réfléchissent. Cette pandémie encourage les gens à penser différemment sur la signification d’occuper un bâtiment. Nous avons beaucoup de solutions vraiment intéressantes actuellement.

Que pensez-vous de la diminution ou de l’augmentation de la demande d’espace compte tenu des facteurs tels que la dé-densification, la tendance au travail à domicile et le ralentissement de l’économie ?

M. Dhawan (CBRE) : Nous sommes encore dans la première manche. Le travail à distance complétera les stratégies d’occupation des locaux ; il ne les remplacera pas. Le siège et les espaces flexibles seront toujours de mise, en plus d’avoir un personnel à distance.

Mme Burow (WeWork) : Au cours des six prochains mois, nous pensons que les gens vont essayer différents modèles. Nous verrons un retour à certaines méthodes de travail que nous avions auparavant, mais des personnes choisiront toutefois de travailler à domicile plusieurs jours par semaine. Il sera toujours nécessaire d’être physiquement sur le lieu de travail.

M. Dhawan (CBRE) : Les gens veulent des options en terme d’espace et de contrat. Nous avons constaté que la valeur économique de la flexibilité est en fait supérieure au coût d’un bail flexible.. Les occupants veulent des options et sont souvent prêts à payer un prix pour un environnement agile. S’ils recherchent un espace tiers, ils voudront l’agrandir ou le réduire à court terme. En un mot, on peut le résumer par l’agilité.

Merci, Liz et Sid, pour le temps que vous nous avez accordé. Une dernière réflexion ?

Mme Burow (WeWork) : C’est tellement agréable de parler et de discuter avec un collègue de stratégie du milieu de travail. Je dirais : appelez vos collègues travaillant dans d’autres entreprises, car le partage d’idées est très enrichissant. J’apprécie vraiment cette conversation et toutes celles qui ont lieu en ce moment sur ce sujet.

M. Dhawan (CBRE) : C’est formidable de discuter avec quelqu’un qui est passionné par le futur du travail. Nous disposons de quelques ressources facilement accessibles, notamment un centre de ressources sur le COVID-19 où nous partageons quotidiennement nos réflexions, les perspectives et les recherches provenant du monde entier. Une autre ressource est un centre de connaissances sur l’immobilier agile, où nous publions des réflexions sur le leadership spécifique à l’agilité. Continuons la conversation !

Liz Burow est vice-présidente de la stratégie de milieu de travail et des solutions Enterprise chez WeWork, où elle s’attache à apporter les résultats des études au produit physique, ainsi qu’à aligner l’espace, la culture et la marque. Elle dirige la stratégie de milieu de travail pour les entreprises qui s’appuie sur l’anthropologie, la réflexion sur le design, la science des données, ainsi que les pratiques commerciales et architecturales. Mme Burow est une intervenante et formatrice accomplie. Elle a obtenu son master d’architecture au MIT, et écrit et intervient régulièrement sur les sujets de la créativité, l’innovation, l’enseignement du design et le futur du travail. 

Sidharth Dhawan est le responsable régional de l’immobilier agile, Asie Pacifique, auprès de CBRE. Il dirige, par le CBRE, la mise en place de stratégies immobilières agiles complètes pour les occupants, les investisseurs et les exploitants d’espaces flexibles. Dhawan et son équipe développent également des outils et des ressources qui aident à fournir des portefeuilles optimisés pour les occupants, et des actifs différenciés à rendement plus élevé pour les clients investisseurs. Il a une formation en développement immobilier, en investissement et en technologie.

Vous êtes intéressé par un espace de travail ? Contactez-nous !