Pour une entreprise médiatique en démarrage qui se trouve des deux côtés du pays, WeWork est un port d’attache.

Peu importe où ils se trouvent dans le pays, les employés de Meet Cute disposent d’un espace de travail calme pour produire des balados

Rencontrez l'équipe de Meet Cute (de gauche à droite) : Lucie Ledbetter, Naomi Shah, Steph Sanderson, Amanda Zaput et Web Barr au WeWork 222 Broadway à New York. Photographies de Stefanie Delgado/WeWork

Naomi Shah, 26 ans, travaillait dans une société de capital-risque à New York lorsqu’elle a eu une idée pour une entreprise en démarrage bien à elle. Serait-il possible de créer la plus grande bibliothèque de comédies romantiques sous forme de balado? En 2020, Mme Shah a lancé Meet Cute, une entreprise médiatique financée par des capitaux à risque qui produit des comédies romantiques de 15 minutes que les auditeurs peuvent écouter, peu importe où ils se trouvent.

À ce jour, l’entreprise a recueilli 9,25 millions de dollars, et elle a diffusé plus de 350 comédies romantiques qui ont été vues plus de 150 millions de fois dans 150 pays. Les dix employés de la société vivent aux quatre coins des États-Unis, et ils doivent régulièrement collaborer avec des rédacteurs, des administrateurs et des producteurs au bureau de Meet Cute à WeWork 222 Broadway, à New York, et ailleurs aux États-Unis grâce à WeWork Accès Illimité.

Besoin d’espace pour grandir

Bien sûr, cela ne s’est pas produit en un clin d’œil. Meet Cute a été lancée comme projet chez Union Square Ventures, l’employeur de Mme Shah, avec deux autres personnes que Mme Shah a rencontrées via Twitter et le réseau de son investisseur, Web Barr, le chef du contenu de Meet Cute, et Robert Wilder, le responsable du développement. Lorsqu’ils ont commencé à développer l’idée de Meet Cute, Mme Shah s’est rendu compte que l’équipe avait besoin d’un espace de travail attribué.

J’ai adoré l’énergie constante et positive qui y régnait. Tout le monde était en train de faire quelque chose, et il y avait tellement de personnes déterminées et motivées.

Naomi Shah, PDG et fondatrice de Meet Cute

« Nous avions besoin de plus d’espace, physiquement et mentalement, résume-t-elle. Nous avions tellement d’idées; nous voulions un espace pour en discuter ensemble. » À la fin de l’année 2019, Mme Shah a fait des recherches pour des espaces de travail à New York City, mais ils n’étaient qu’une équipe de trois personnes, leur société n’avait pas l’envergure nécessaire pour louer un bureau et gérer la logistique d’un espace. WeWork était la solution idéale.

Le premier emplacement WeWork visité par Mme Shah, M. Barr et M. Wilder se trouvait dans le West Village. « J’ai adoré l’énergie constante et positive qui y régnait, explique Mme Shah. Tout le monde était en train de faire quelque chose, et il y avait tellement de personnes déterminées et motivées. »

La PDG et fondatrice Mme Shah travaille désormais depuis la côte Ouest, mais se rend souvent à New York pour rencontrer son équipe de la côte Est.

L’équipe a décidé de s’inscrire à WeWork Accès Illimité, ce qui lui permet de travailler dans des centaines d’emplacements WeWork dans le monde entier. Ils ont commencé à passer d’un immeuble WeWork à l’autre à New York, en fonction du quartier où ils voulaient se trouver un jour donné. « Il arrive souvent qu’on se dise : "Hé, travaillons et dînons à Chelsea aujourd’hui", ou "Voulez-vous travailler à Tribeca aujourd’hui et prendre un café avec quelqu’un avant de travailler?" »

Selon Mme Shah, la structure d’un lieu de travail attribué a vraiment aidé l’entreprise à se développer. « Cela nous a donné une tonne de flexibilité au début, de manière très cohérente et professionnelle en lieu de travail. Je pense que c’est vraiment avantageux pour beaucoup d’entreprises en démarrage d’avoir ce type de structure », dit-elle.

Bâtir une équipe pendant une pandémie mondiale

Meet Cute a été officiellement lancée le jour de la Saint-Valentin, en 2020, un mois avant que la COVID-19 ne force des confinements dans l’ensemble du pays, et partout dans le monde. Soudainement, le soulagement apporté par une comédie romantique est devenu encore plus nécessaire que jamais. L’entreprise a connu une période d’adaptation où tout le monde travaillait à domicile, mais elle a fini par adopter le modèle hybride, qu’elle maintient encore aujourd’hui.

Pendant la pandémie, l’équipe est rapidement passée à sept employés à temps plein et deux employés à temps partiel. Alors que la ville rouvrait ses portes, Mme Shah voulait établir un bureau à partir duquel son équipe pourrait avoir la possibilité de travailler. En juillet 2021, Meet Cute a ouvert un bureau attribué pour six personnes au WeWork 222 Broadway, à New York, pour les membres de l’équipe. Le reste de l’équipe de Meet Cute est dispersé dans tout le pays et utilise des laissez-passer WeWork Accès Illimité. De cette façon, « même si vous n’avez pas d’espace attribué, vous disposez d’un espace de travail tranquille, qui vous permet de séparer un peu la vie personnelle et la vie professionnelle, explique-t-elle.

Un moment pour discuter dans l’un des nombreux lounges au WeWork 222 Broadway à New York.

Au fur et à mesure que l’entreprise s’est développée, WeWork Accès Illimité a comblé plus d’un besoin pour l’équipe. Lorsque Mme Shah se rendait à Los Angeles pour la journée afin de rencontrer des producteurs à Hollywood, elle utilisait WeWork comme base pour son travail et ses réunions. En juillet, elle s’est rendue à Los Angeles à 6 h pour quelques réunions en personne et a pu mener le reste de ses réunions sur Zoom à WeWork. Comme il fallait jongler entre une journée complète de réunions en personne et de réunions Zoom, il était utile d’avoir un bureau et une cabine téléphonique insonorisée pour les appels virtuels, selon elle.

La coopération, version Cute

Mme Shah travaille désormais à partir de la côte Ouest, dans les immeubles WeWork de San Francisco et de Portland, en Oregon. L’un de ses favoris est le WeWork 44 Montgomery à San Francisco, où l’immeuble à paliers et la variété d’espaces sont propices à différents types de tâches.

On peut profiter de l’énergie animée d’un étage plus fréquenté, ou encore choisir une expérience plus calme au besoin. C’est particulièrement intéressant, selon le type de journée que j’ai, si je vais d’une réunion à l’autre, ou si j’ai un moment plus tranquille. J’aime pouvoir organiser mon espace en fonction de cela. »

Avec plus de 350 épisodes de comédies romantiques, Meet Cute a produit une histoire sur presque tous les types d’histoire d’amour imaginables. Au cours d’une session de remue-méninges, l’entreprise a reçu un scénario qui se déroulait dans un espace de travail collaboratif. C’était le cadre parfait, moderne et romantique, dit Mme Shah. Cette série en six épisodes, intitulée Zoom Zoom, raconte l’histoire de deux femmes motivées par leur carrière, trop occupées pour l’amour, jusqu’à ce que celui-ci les trouve.


Une photo de l’équipe à New York.

La série, qui est publiée en partie, met également en lumière l’amour en temps de pandémie, lorsque les modèles de travail ont changé et que de plus en plus d’entreprises se tournent vers des méthodes hybrides ou innovantes pour travailler ensemble. Bien sûr, la création de l’entreprise dans un espace de travail collaboratif a permis d’inspirer l’intrigue.

Meet Cute s’est adaptée à un modèle hybride, maintenant, les membres de l’équipe passant deux jours par semaine chez WeWork. « C’est particulièrement agréable de pouvoir passer certains jours à la maison et d’autres, au bureau, de travailler avec d’autres personnes autour de moi, et j’aime vraiment les espaces communautaires », dit-elle. Mais cela l’a également aidé à gérer l’entreprise de manière plus efficace, en créant un sentiment de communauté. « Les [gestionnaire de la communauté nous disent par exemple, "C’est la Journée nationale de la gaufre", ou "Nous collaborons avec MilkBar", l’une de mes pâtisseries préférées à New York.

C’est vraiment bien d’avoir cela, car, en tant que PDG, je ne pense pas aussi souvent à ce genre de choses, conclut Mme Shah. J’essaie juste de créer une entreprise. »

Leeron Hoory est un journaliste basé à New York qui parle d’immobilier, de politique et de technologie. Son travail a été publié dans Quartz, The Village Voice, Gothamist, Slate et Salon, entre autres.

Vous repensez votre espace de travail?

Est-ce que cet article vous a été utile?
Catégorie
Plein feu sur nos membres
Étiquettes
COMMUNAUTé
ENTREPRENEURS
L'ESPACE HYBRIDE