Le travail hybride a une signification différente pour chacun

Les employés et les dirigeants conviennent que le retour au travail doit être flexible, mais les spécificités varient beaucoup

WeWork Riverpark Tower à San José, en Californie. Photos par WeWork

Malgré la technologie qui permet à beaucoup d’entre nous de travailler presque n’importe où, la prévalence du travail au bureau n’avait pas beaucoup changé depuis l’époque de Mad Men, c’est-à-dire jusqu’en mars 2020. Après un an et demi de travail à distance, tant les travailleurs que les chefs d’entreprise cherchent à comprendre à quoi ressemblera l’avenir du travail. Presque tout le monde est d’accord pour dire que le modèle de cinq jours par semaine au bureau est résolu. Mais c’est le seul point qui fait l’unanimité.

En gros, le travail hybride combine des aspects du travail à distance avec le travail au bureau. Les dirigeants et les employés ne s’entendent pas cependant sur le nombre de jours où les employés doivent venir au bureau ni sur la rigueur qu’il faut imposer aux mandats au bureau. De nombreuses configurations de travail sont discutées. Les entreprises mettent en place des plans plus ou moins souples ainsi que des politiques visant à encourager le retour au bureau. Mais avec plus d’employés que jamais envisageant de nouvelles opportunités, les enjeux des plans de retour sont grands. 

Voici ce que les employés et les cadres souhaitent, selon des études récentes, ainsi qu’un aperçu des options hybrides courantes et de ce que certaines grandes entreprises essaient. 

Ce que veulent les employés

Beaucoup d’employés ont eu du mal à équilibrer les pressions de la vie et du travail pendant la pandémie. Dans un sondage mené en janvier 2021 auprès de plus de 30 000 travailleurs à temps plein dans 31 pays, Microsoft a constaté que 54 % des personnes interrogées ont indiqué se sentir surmenées. De plus, 49 % des personnes interrogées ont indiqué se sentir au moins un peu épuisées dans le cadre d’une enquête similaire menée auprès de plus de 5 000 travailleurs internationaux par McKinsey en janvier 2021.

Si le travail à domicile présente certains défis, la plupart des employés aiment la flexibilité qu’il offre et ils disent préférer ne pas retourner au bureau à temps plein. McKinsey a constaté que plus de 50 % des employés déclarent vouloir continuer à travailler à distance au moins trois jours par semaine lorsqu’ils retourneront au bureau, et 31 % disent préférer ne pas y revenir du tout.

WeWork The Landmark à Zapopan, à Jalisco, au Mexique.

On ne saurait trop insister sur l’importance de la flexibilité : 51 % des personnes interrogées considèrent l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée comme une priorité absolue pour l’avenir, même avant une meilleure rémunération. Dans une enquête menée par Deloitte auprès de 9 000 travailleurs à l’échelle mondiale en 2021, 80 % des gens ont déclaré qu’il était essentiel de se concentrer sur le bien-être.

Une étude réalisée par Workplace Intelligence et WeWork corrobore ce désir de contrôle des horaires et de concentration sur la conciliation travail-vie personnelle. En effet, 95 % des personnes interrogées indiquent vouloir contrôler le moment, l’endroit et la façon dont elles travaillent, et 62 % considèrent la conciliation travail-vie personnelle comme le principal avantage d’un modèle de travail hybride.

Il est clair que lorsque les employés envisagent le travail hybride, la plupart souhaitent pouvoir travailler à distance au moins trois jours par semaine, en mettant l’accent sur la flexibilité et le bien-être. Et bien qu’ils ne fassent pas autant les gros titres, certains employés souhaitent retourner au bureau dès qu’ils le pourront. Les enjeux sont élevés et, du moins pour l’instant, les employés restent inflexibles. 

Ce que veulent les employeurs

Si les dirigeants reconnaissent que l’avenir du travail est hybride, leur vision de ce que cela représente diffère souvent de ce que les employés demandent, ce qui alimente un fossé grandissant entre les deux groupes. Les dirigeants doivent relever la tâche difficile d’équilibrer les demandes d’options plus éloignées avec les inquiétudes relatives au maintien de la culture et de la collaboration. Ils reconnaissent que la liberté de travailler à distance a un effet positif sur le bien-être, mais s’inquiètent du fait que cela peut avoir un coût. 

Dans une enquête de PwC réalisée en décembre 2020 auprès de 1 200 employés de bureau de tous niveaux basés aux États-Unis, 68 % des dirigeants affirment que les employés doivent être au bureau au moins trois jours par semaine pour maintenir une culture d’entreprise solide. D’autres données de l’enquête confirment la valeur du travail au bureau : 34 % des employés moins expérimentés et 23 % de ceux qui ont plus de cinq ans d’expérience ont déclaré se sentir moins productifs en travaillant à distance.

WeWork Seolleung II à Séoul.

Les employeurs privilégient généralement un modèle hybride avec plus de jours en bureau. Dans le cadre d’une enquête menée auprès de plus de 500 cadres supérieurs en mai 2021, McKinsey a constaté que plus des trois quarts d’entre eux s’attendaient à ce que les employés soient au bureau plus de trois jours par semaine après la pandémie, 52 % s’attendaient à ce que les employés soient au bureau quatre jours ou plus par semaine, et seulement 12 % s’attendaient à deux jours ou moins. Ces résultats contrastent fortement avec la préférence générale des employés, qui aimeraient travailler à distance au moins trois jours par semaine.

Modèles hybrides possibles

Donc, que signifie tout cela pour le modèle hybride que tout le monde s’efforce d’atteindre? Quelles sont les formes qu’il pourrait réellement prendre? Voici quatre des modèles hybrides les plus courants mis en œuvre par les entreprises.

Certaines options à distance, avec un grand siège social 

Ce modèle offre aux employés la possibilité de travailler à distance de un à trois jours par semaine tout en conservant l’empreinte immobilière prépandémique d’un siège social traditionnel. Étant donné que la plupart des employés préfèrent travailler à distance au moins trois jours, cette option peut compliquer la conservation. 

Certaines options à distance, avec de multiples centres de rencontre 

Comme ci-dessus, cette option offre de un à trois jours de travail à distance, mais, au lieu de se rendre dans un grand bureau centralisé, les employés pourraient effectuer un travail au bureau dans un ensemble distribué de petits centres de rencontre régionaux. Ce modèle rapproche les bureaux des employés,ce qui facilite les déplacements domicile-travail et crée un plus grand bassin de talents disponibles. 

Principalement à distance avec des options d’espaces de travail flexibles

Avec ce modèle, les employés sont libres de travailler à distance jusqu’à cinq jours par semaine. Plutôt que de fournir des postes de travail ou des bureaux attribués, une entreprise propose des espaces flexibles offrant des postes de travail non attribués et des espaces de réunion dans des emplacements sélectionnés pour la collaboration et le travail au bureau ciblé.

Entièrement à distance, sans bureau

Le modèle le plus radical abandonne complètement le bureau en faveur d’une main-d’œuvre entièrement à distance. Les avantages de ce modèle incluent la possibilité d’embaucher des employés, quel que soit leur lieu de résidence, ainsi que de réaliser des économies sur les coûts immobiliers. Bien que ce modèle présente ses avantages, de nombreux employés affirment qu’ils voudraient avoir la possibilité de se réunir dans un bureau pour le travail collaboratif et la socialisation.  

Les entreprises testent le modèle du bureau sur trois jours

Alors que le variant Delta de la COVID-19 a retardé certains plans de retour au bureau, les entreprises explorent activement divers modèles hybrides pour leurs effectifs, malgré les circonstances changeant rapidement auxquelles les dirigeants doivent réagir.

En mai, Google a annoncé son projet de ramener au bureau trois jours par semaine ses 135 000 employés à l’échelle mondiale, tout en leur donnant la possibilité de travailler deux jours « là où ils travaillent le mieux ». Ces plans de retour ont été repoussés à la mi-octobre au moins. Citigroup a annoncé un plan de retour similaire en mars, mais l’a récemment modifié pour demander deux jours par semaine au bureau.

Il est encore temps de voir à quel point ces modèles de retour au bureau réussiront. Comme le rapporte le New York Times, 10 000 employés de Google ont demandé à travailler à distance ou à changer de lieu de travail. Toutefois, les compressions salariales potentielles d’au moins 10 % pour les employés à temps plein travaillant à distance, selon l’endroit où ils vivent, ont fâché beaucoup d’employés, qui estiment que la situation est injuste. D’autres entreprises technologiques, dont Twitter et Facebook, auraient également procédé à des réductions de salaire pour les employés qui déménagent dans des lieux moins coûteux que la baie de San Francisco, où se trouve leur siège social.

WeWork 1 South Dearborn, à Chicago.

Certaines entreprises vont plus loin pour offrir plus de flexibilité aux employés. En juin 2020, Slack a annoncé que tous les employés seraient autorisés à travailler à distance de manière permanente. La liste des entreprises technologiques qui adoptent un modèle de travail à distance similaire ne cesse de croître.

Alors que ces entreprises adoptent le travail à distance, la plupart reconnaissent les avantages évidents de proposer des bureaux aux employés et de leur laisser la possibilité de déterminer quand et où ils travaillent. Slack et Dropbox fournissent à leurs employés une adhésion à WeWork Accès Illimité, qui leur permet d’accéder à des centaines d’emplacements WeWork dans des villes du monde entier. Cela permet aux employés de vivre et de travailler là où ça les arrange, ce qui leur offre une flexibilité maximale sans perdre les avantages des espaces de travail et de collaboration. 

Qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir du travail?

Les conséquences d’un manque d’écoute des employés peuvent être désastreuses. Dans une enquête réalisée par Morning Consult en mai 2021, 39 % des 1 000 employés interrogés ont déclaré qu’ils envisageraient de démissionner si leurs patrons ne leur laissaient pas la possibilité de travailler à distance.

Bien qu’il y ait beaucoup de choses que nous ne savons pas à propos de l’avenir du travail, une chose est évidente : il est essentiel que les organisations écoutent les besoins de leurs employés et leur fournissent la flexibilité nécessaire pour qu’ils parviennent à une conciliation travail-vie personnelle saine. Le bien-être de la main-d’œuvre est primordial. Face à la menace de démissions massives, les entreprises qui n’adoptent pas la flexibilité axée sur les employés pourraient avoir du mal à s’adapter à l’avenir du travail. 

Bradley Little est un scénariste et réalisateur vidéo basé à New York.

Vous repensez votre espace de travail?

Est-ce que cet article vous a été utile?
Catégorie
Études de recherche
Étiquettes
ATTIRER ET RETENIR LES TALENTS
FLEXIBILITé
L'ESPACE HYBRIDE