Un avantage inattendu du bureau : une meilleure santé mentale

« Je ne suis tout simplement pas fait pour ne pas côtoyer des gens », indique un ingénieur qui visite WeWork pour y trouver un indispensable exutoire.

La façon dont nous travaillons a fondamentalement changé. Les gens ne cherchent plus seulement à concilier travail et vie personnelle. Ils veulent pouvoir choisir quand, où et comment ils travaillent. Ils veulent la liberté de créer leurs propres horaires, d’accomplir des tâches qu’ils jugent utile et d’être dans un espace qui répond à leurs besoins uniques. L’époque du « neuf à cinq » est révolue. Dans Toutes les façons de travailler, les membres WeWork racontent comment ils réinventent leur vie professionnelle et s’épanouissent dans ce nouveau monde du travail.

Avant la pandémie, très peu d’entre nous choisissaient nos domiciles en fonction de notre désir d’y travailler ou non. Erik Barbara ne l’a certainement pas fait. Sa femme et lui ont choisi leur domicile à Austin, car ils ont adoré l’endroit et il y avait juste assez de place pour le couple et leurs deux jeunes enfants. Puis la pandémie a frappé et M. Barbara était à la maison tout le temps. Après sept mois, il vivait un fort traumatisme de réclusion.

« Je commençais à ressentir les effets du télétravail sur ma santé et sur la façon dont j’interagissais avec ma famille », dit M. Barbara. Il terminait un appel professionnel difficile à 17 h 30, puis il était immédiatement à table avec sa famille.

« Je pensais toujours à mon problème professionnel, car il n’y avait pas de séparation. C’est agréable d’entendre les enfants rire pendant la journée, mais s’ils pleuraient, hurlaient ou faisaient une crise, je ne pouvais pas me concentrer. J’ai commencé à avoir l’impression que je ne faisais pas correctement mon travail », dit-il.

Au début, M. Barbara travaillait dans le garage familial. Il n’y avait pas d’autre espace sans enfant dans la maison. C’était amusant, stimulant et nouveau. Puis, quand il a semblé que la nouvelle normalité s’était enracinée, M. Barbara s’est acheté un bureau. Mais sa chambre était le seul endroit où il pouvait le mettre. Ceci a créé plus de confusion entre l’espace personnel et professionnel.

« Je ressentais tout le poids psychique de la pandémie, ce qui est énorme, et je me roulais pratiquement hors du lit jusque dans mon bureau », dit M. Barbara. « Il est devenu difficile de passer du travail à la maison simplement en descendant les escaliers. J’étais à table avec ma famille en pensant encore au problème que j’avais analysé quelques minutes auparavant sur mon ordinateur portable à l’étage. »

M. Barbara est ingénieur pour une entreprise en démarrage en phase avancée appelée DataGrail. Ils aident les organisations à automatiser leur conformité face à l’évolution des réglementations en matière de confidentialité. Son équipe couvre plusieurs fuseaux horaires. Il travaille du fuseau horaire central, à Austin, et il doit se coordonner avec des ingénieurs en logiciel à Seattle, à San Francisco, à Portland et, en ce moment, même avec un nomade du numérique basé au Mexique. La capacité de concentration est primordiale pour que tout roule comme sur des roulettes.

En octobre, il a décidé d’apporter des changements afin de préserver sa santé mentale. Au début, il pensait qu’il essayerait tout simplement WeWork Accès Illimité pour pouvoir travailler au WeWork situé au 600, Congress Ave, à Austin. Il a pensé que cela ferait bouger les choses, mais qu’il pourrait annuler son adhésion et reprendre sa même vieille routine.

Avant 2020, peu d’entre nous auraient probablement dit s’ennuyer du trajet entre le bureau et la maison. Mais une fois que ces déplacements domicile-travail ont disparu, bon nombre d’entre nous ont changé d’idée. C’est le cas de M. Barbara. Le déplacement domicile-travail en tant que tel est devenu tellement plus important que la seule durée du trajet. C’est devenu une rupture, une démarcation entre la vie au travail et la vie à la maison.

Le trajet de 15 minutes que M. Barbara devait faire pour atteindre le superbe espace de bureau au centre-ville d’Austin était un changement rafraîchissant.

M. Barbara qui profite de la terrasse extérieure au WeWork, 600, Congress Ave, à Austin.

« Le matin, je faisais un peu d’exercice, ce qui avait été difficile à faire pendant la pandémie, et le trajet m’a procuré une belle séparation entre les deux mondes, dit M. Barbara. Je peux passer en mode travail, puis rentrer à la maison et laisser mon sac à dos dans le placard. Le travail est le travail et la maison est à nouveau mon chez-moi. »

Il a décidé de continuer son adhésion à WeWork Accès Illimité après la période d’essai.

« Le plus grand avantage que je tire de mon forfait WeWork Accès Illimité est une meilleure santé mentale, et c’est un point auquel je ne m’attendais pas, dit-il. Je ne suis tout simplement pas fait pour ne pas côtoyer des gens. »

M. Barbara partage maintenant sa journée entre un poste de travail non attribué, d’où il coordonne les activités de son équipe d’ingénieurs, examine des codes et envoie des courriels, et une cabine téléphonique d’où il passe des appels Zoom et participe à des réunions d’équipe.

Son entreprise lui verse une allocation de travail collaboratif de 250 $ par mois et M. Barbara paie la différence lui-même. « Cela en vaut vraiment la peine, dit-il. Travailler dans les bureaux de WeWork et loin de chez moi a un effet tangible sur ma santé mentale, ce qui me permet facilement de justifier le coût de l’adhésion. »

Et même si, en raison des restrictions relatives à la pandémie, les interactions sociales au bureau demeurent moins fréquentes qu’autrefois, il est réconfortant de côtoyer à nouveau des étrangers.

« Il est bon de se rappeler qu’une multitude de connexions fortuites se déroulent dans le monde. Le simple fait de voir d’autres personnes me rappelle que la vie est composée de beaucoup plus que des appels Zoom, ajoute M. Barbara. La possibilité de communiquer avec des personnes en dehors de vos cercles immédiats vous rappelle que nous vivons une situation temporaire, que le monde vivra bientôt encore ces collisions sociales. »

Jo Piazza est un journaliste primé, auteur à succès, stratège numérique et animateur de balados.

Intéressé(e) par un espace de travail? Communiquez avec nous.
Est-ce que cet article vous a été utile?
thumbs-up thumbs-down