Un deuxième acte surprise dans l’ancien quartier des théâtres de Londres

Sur le site du premier théâtre de Shakespeare à Shoreditch, un nouveau complexe polyvalent occupe le devant de la scène

Chaque espace WeWork a été spécialement conçu pour favoriser l’inspiration et la collaboration. Conçu pour inspirer explore les éléments architecturaux et artistiques de ces bâtiments magnifiques.

Dans le quartier de Shoreditch à Londres, sur un bout de terrain appelé Curtain Close, le théâtre moderne est né. À partir de la fin des années 1500, le Curtain Theatre de Londres, un espace de spectacles rectangulaire à colombages doté de patios de gravier et d’un tunnel souterrain, a présenté pour la première fois certaines des plus grandes œuvres théâtrales de la langue anglaise. C’est ici que la pièce Henry V de Shakespeare a vu le jour, tout comme les dialogues éternelles de Roméo et Juliette. Aujourd’hui, le site qui était autrefois un centre de culture élisabéthaine est en train de renaître de façon spectaculaire. 

Cette riche histoire culturelle avait été perdue jusqu’en 2012, quand une équipe d’archéologues fouillant un site à la limite du quartier de Shoreditch de Londres est tombée sur les ruines du Curtain Theatre enfouies sous le sol. Aujourd’hui, les vestiges préservés du Curtain Theatre font partie d’un musée et d’une attraction touristique au Stage, une destination de Shoreditch qui s’étend sur plus d’un hectare d’espace public et qui rend hommage au passé tout en se tournant vers l’avenir.

Ce projet à usage mixte comprendra des espaces de travail, des commerces, des appartements et des espaces de rencontre. Au cœur du nouveau site se trouve le Hewett, ainsi que sa tour voisine, la Bard. Le Hewett est un bâtiment étincelant de huit étages offrant plus de 77 000 pieds carrés d’espace de travail flexible WeWork. L’espace bénéficie de lumière naturelle, et est rehaussé par une vaste terrasse et de nombreuses œuvres d’art personnalisées contemporaines. Le Bard, qui ouvrira en juin 2022, est un bâtiment de 12 étages, dont les six premiers offrent plus de 72 000 pieds carrés d’espace WeWork. Les deux bâtiments constituent le Stage.

Mettre en scène une entrée spectaculaire

Tout comme les acteurs au Curtain savaient comment captiver leur public dès leur arrivée sur scène, les designers du Hewett ont compris que l’histoire d’un bâtiment devait commencer par des débuts spectaculaires. Le rez-de-chaussée du Hewett est un hall d’entrée partagé qui est aussi saisissant que sobre : le sol en béton chauffé est poli de telle sorte que le motif en soleil néon élaboré qui orne le bureau d’accueil se reflète comme des rayons sur l’océan. 

« L’espace comporte beaucoup d’éléments gris, et l’équipe graphique a donc voulu ajouter un élément qui apporte de la chaleur. C’est ce que fait le motif en forme de soleil », explique Amaya Rutherford, designer d’intérieur senior chez WeWork, qui a dirigé le projet.

WeWork The Hewett à Londres. Photographies par WeWork.

Les murs sont habillés de panneaux en pans de bois, fabriqués à partir de bois de grange canadien récupéré, de couleur sobre. Ils apportent une touche de chaleur et de neutralité qui équilibre la palette austère des sols en béton et le soleil en néon éclatant du bureau d’accueil. Sur cette toile vierge, une fresque géométrique personnalisée en noir et blanc s’élève à trois mètres de haut derrière le bureau d’accueil.

« Le concept global était de créer un espace amélioré, et la juxtaposition est très agréable », explique Rutherford.

Des matériaux qui reflètent l’histoire

Mais tandis que le Hewett est indéniablement moderne, les tissus dont il est garni le relient au passé.

En plus d’avoir été le cœur du monde du théâtre de la langue anglaise, Shoreditch était également un refuge pour les protestants de Londres. En 1685, le roi Louis XIV avait banni la secte de France, et la grande majorité des protestants qui avaient fui en Angleterre se sont regroupés dans le quartier de Londres et ont pu gagner leur vie en travaillant dans la passementerie.

Cet héritage est rappelé dans les riches nuances de l’écossais, des bruns et des bleus qui composent les tissus d’ameublement et les textiles du Hewett. « Dans ce projet, nous avons adopté une sélection de tissus différents, et leurs jolis tons nous ont permis de raconter l’histoire de cette région », affirme Rutherford.

Les bureaux reçoivent de la lumière de tous les côtés. Il sont éclairés naturellement même les jours de déluge.

Amaya Rutherford, designer d’intérieur senior chez WeWork

Par ailleurs, des poutres, des portes et des cadres de fenêtre en bois vieux de plusieurs siècles, récupérés lors des fouilles de 2012, ont été intégrés directement dans la conception du bâtiment. « Quatre-vingt-dix pour cent de l’étage principal a été conçu à partir de la menuiserie que nous avons sauvegardée. C’est une réussite et nous en sommes fiers », déclare Elena De Dominici, responsable de l’architecture chez WeWork, qui a joué un rôle clé dans le projet. 

Vue d’en haut

Comme cela est la norme dans tous les établissements WeWork, les étages comprennent une sélection d’espaces de coworking, de multi-suites, et d’étages pour un seul membre, et la salle de conseil fournit une communication facultative avec un espace événementiel afin de pouvoir la fermer ou l’agrandir au besoin. Sur chaque étage, une abondance de lumière naturelle combinée à des plafonds hauts éclaire les espaces.

« Le bâtiment étant étroit, les bureaux reçoivent de la lumière de tous les côtés », explique Rutherford. « Il sont éclairés naturellement même les jours de déluge. »

Il y a des surprises partout : une table de conférence en marbre rouge espagnol immanquable, un espace détente, un bar de la communauté et une salle de bien-être équipée de douches. Mais la pièce maîtresse du Hewett se trouve au septième étage : une vaste terrasse en hauteur orientée vers l’ouest, où des arbres et des jardinières créent un lien avec le monde naturel. Ici, les visiteurs peuvent profiter d’une vue imprenable sur Londres pendant la journée. 

Et à la tombée de la nuit, la scène offre un cadre spectaculaire pour un bâtiment dont la fondation repose sur un héritage théâtral : des couchers de soleil flamboyants qui arrivent, comme un rideau tombant sur une scène, pour terminer la journée en beauté.  

Debra Kamin est une écrivaine qui vit en Californie. Son travail a été publié notamment dans The New York Times, The Wall Street Journal, Newsweek et CNN.

Vous repensez votre espace de travail ?

Cet article a-t-il été utile ?
Category
Produits flexibles
Balises
CONçU POUR INSPIRER
EMEA
ESPACE FLEXIBLE