Un bureau parisien avec un havre de paix moderne et des vues sur la ligne d’horizon

Des moments de surprise et des touches de couleur sont cachés derrière une façade haussmannienne dans ce bureau WeWork

Chaque espace WeWork a été spécialement conçu pour favoriser l’inspiration et la collaboration. Conçu pour inspirer explore les éléments architecturaux et artistiques de ces bâtiments magnifiques.

Depuis le trottoir, le WeWork 7 Rue de Madrid ressemble à de nombreux autres bâtiments parisiens élégants bordant les boulevards voisins du chic 8e arrondissement. Situé à 20 minutes à pied des berges de la Seine et de la place de la Concorde, l’immeuble est au cœur de la capitale française. Et derrière son extérieur historique se cache un espace de travail hyper moderne qui représente le passé, le présent et l’avenir de cette métropole cosmopolite.

« Ce qui est cool, c’est que vous avez une impression parisienne très classique de la rue, puis une approche de design d’intérieur très différente, et que les deux fonctionnent en synergie », explique Amaya Rutherford, designer d’intérieur senior chez WeWork et membre de l’équipe créative qui a travaillé sur le bâtiment. Ce contraste s’explique en grande partie par le fait que le WeWork 7 Rue de Madrid est en fait un amalgame de trois bâtiments.

« La façade existante est haussmannienne », explique Scott Rominger, directeur créatif chez WeWork, en référence au style emblématique du 19e siècle préconisé par Georges-Eugène Haussmann qui est devenu synonyme d’architecture parisienne. Le deuxième bâtiment derrière la façade est un rendu ultérieur d’un style similaire, tandis que le troisième bâtiment sur la droite est une maison moderne avec un plafond interne voûté recouvert de bois d’œuvre, continue-t-il. Les bâtiments sont reliés par des escaliers modernes en verre.

L’intégration de trois structures distinctes construites à des époques différentes était un défi inhérent pour l’équipe de conception de WeWork. Son objectif : créer un espace de travail qui soit esthétiquement cohérent, tout en respectant la base de la structure la plus ancienne. Afin d’harmoniser le tout, l’équipe s’est appuyée sur un riche éventail de matériaux pour créer un design vernaculaire pour l’ensemble. 

Le bois de noyer foncé, le marbre rouge et les carreaux de terre cuite et de glaçage de couleur crème fabriqués à la main qui se retrouvent dans l’ensemble des locaux créent un somptueux éventail de textures. Alors que les tons chaleureux du bois naturel et des carreaux seraient tout à fait à leur place dans une luxueuse demeure parisienne, les luminaires en rotin tressé et les lustres en papier Akari ajoutent des touches inattendues. Scott Rominger note qu’il y a aussi du « blanc et du néon brillants » qui contrastent avec la profondeur et la richesse de ces matériaux.

« La continuité des matériaux entre les espaces permet de les unifier », explique Scott Rominger. « Même si les bâtiments sont très différents, nous avons essayé de conserver une esthétique d’ensemble. »

« Nous avons une approche très naturelle en matière de matériaux », explique Amaya Rutherford. Les rideaux et les éléments d’éclairage placés de façon stratégique contribuent à rendre l’apparence générale plus accueillante. « Il y a une juxtaposition des textures du rotin, mais il y a aussi cet acier inoxydable presque clinique. Vous avez donc un clin d’œil à une certaine période, mais ensuite quelque chose de très minimaliste. »

Nous essayons de créer ces petits moments intimes, car l’espace est si majestueux.

Scott Rominger, directeur créatif chez WeWork

L’un des points forts de l’espace est la cour intérieure, qui sert d’écrin à des sculptures contemporaines aux couleurs primaires éclatantes. Il est rare de trouver un vaste espace extérieur au cœur de la ville, ce qui explique en partie pourquoi Scott Rominger en est fier. Les nouveaux arrivants sont inévitablement surpris et souvent enchantés de trouver cet havre de paix caché dans un coin central. 

Pour les membres qui se rendent à une réunion, la cour crée une sorte d’ellipse visuelle qui permet de créer un pont entre le bar de la communauté et les salles de conseil privées. « C’est une expérience tellement agréable. Vous prenez votre café et vous traversez le jardin. Comme le plafond n’est pas assez haut pour bloquer le soleil, vous y bénéficierez d’une belle lumière du jour. C’est presque comme le MoMA PS1, parce que vous y trouvez ces moments de surprise et ces explosions de couleurs », explique Scott Rominger.

Que les membres traversent la cour pour une réunion ou qu’ils se rendent aux étages supérieurs, l’expérience visuelle est incontournable. « Le séquentiel d’entrée est assez saisissant », s’émerveille Scott Rominger. « Vous commencez au niveau de la rue, puis vous passez en souterrain. C’est là que se trouve le bar de la communauté et le barista. Vous vous rendez jusqu’au jardin, puis jusqu’au sommet, qui ne manque pas de déclencher un ouah. »

Bien qu’il soit inhabituel qu’un bar de la communauté soit situé en dessous du sol, la disposition de cet espace souterrain est particulièrement accueillante. Grâce à son plafond à double hauteur, il ne donne pas l’impression d’être un sous-sol sombre et morose. Le résultat est spacieux et particulièrement adapté au partage d’idées autour d’un espresso tout chaud. 

De là, les membres peuvent prendre l’ascenseur pour aller directement au dernier étage, où ils trouveront les fresques originales qui ornent le septième étage. Bien que cet itinéraire rapide soit très efficace, Amaya Rutherford encourage souvent les visiteurs à emprunter le chemin plus pittoresque. « Si possible, vous devez prendre l’escalier en spirale », dit-elle. « La lumière est quelque chose de tout à fait remarquable dans ce bâtiment, à tous points de vue. La lumière naturelle est un élément essentiel. » 

Un autre espace dans lequel la modernité du WeWork 7 Rue de Madrid s’impose vraiment est la mezzanine du huitième étage, qui dispose d’un plafond voûté élevé et d’immenses fenêtres. Les membres assis aux postes de travail ont une vue spectaculaire sur la ligne d’horizon de Paris. « Tout est orienté vers l’extérieur. Tout ce qui se trouve dans cette zone est plutôt éloigné, il y a donc cet espace calme d’où vous pouvez regarder toute la ville », décrit Scott Rominger.

La lumière, associée à un mélange de matériaux soigneusement sélectionnés, contribue à créer un design qui se démarque véritablement. Rien dans le WeWork 7 Rue de Madrid n’est censé être ordinaire, de son emplacement exceptionnel dans l’une des plus grandes capitales culturelles d’Europe à ses racines architecturales historiques. Pourtant, l’équipe WeWork a veillé à concevoir un espace de travail collaboratif qui soit plus accueillant qu’imposant. 

« Nous essayons de créer ces petits moments intimes, car l’espace est si majestueux», explique Scott Rominger. De la cour au bar de la communauté, beaucoup de coins isolés permettent une séance de brainstorming ou une conversation décontractée, dans un environnement ponctué d’art, de lumière et de la beauté classique de Paris.

Diana Hubbell couvre les domaines du design, de l’art, des voyages et de la culture depuis plus de dix ans pour des publications telles que The Washington Post, The Guardian, Eater,  Condé Nast Traveler, The Independent, Vice, Travel + Leisure, Architectural Digest,Atlas Obscura et Wired, entre autres.

Vous repensez votre espace de travail ?

Cet article a-t-il été utile ?
Category
Produits flexibles
Balises
GUIDES DES VILLES
CONçU POUR INSPIRER
EMEA