Un deuxième acte inattendu dans l’ancien quartier des théâtres de Londres

À Shoreditch, un nouveau projet d’aménagement à usage multiple entre en scène sur le sol du premier théâtre ayant interprété des pièces de Shakespeare

Le théâtre moderne est né dans le quartier Shoreditch à Londres, à proximité d’une parcelle de terrain nommé Curtain Close. À partir de la fin des années 1500, le théâtre Curtain de Londres — une salle de spectacle rectangulaire à colombages, pourvue de cours en gravier et d’un tunnel souterrain — présentait certaines des plus grandes œuvres théâtrales de la langue anglaise. La pièce Henry V de Shakespeare a vu le jour dans ce théâtre, tout comme les paroles éternelles de Roméo et Juliette. Aujourd’hui, cet endroit qui a jadis été le centre de la culture élisabéthaine est en train de se renouveler de façon spectaculaire. 

Cette riche histoire culturelle a été perdue jusqu’en 2012, année durant laquelle une équipe d’archéologues est tombée sur les ruines enfouies du théâtre Curtain en excavant un site aux limites du quartier Shoreditch à Londres. Aujourd’hui, les vestiges préservés du théâtre font partie d’un musée et d’une attraction touristique qui se trouvent au Stage, un espace public de Shoreditch qui s’étend sur plus d’un hectare et qui honore le passé, tout en se tournant vers l’avenir.

Le projet d’aménagement à usage mixte comprend des espaces de bureau, des boutiques, des appartements et des espaces de rassemblement. Au centre du nouvel emplacement se trouve l’immeuble de bureaux Hewett et l’édifice voisin, le Bard. Le lumineux immeuble Hewett compte 8 étages et offre 7 154 mètres carrés (77 000 pieds carrés) d’espace de bureau flexible WeWork. L’espace bénéficie de lumière naturelle, d’une grande terrasse et d’une panoplie d’œuvres d’art contemporaines personnalisées. L’immeuble Bard ouvrira ses portes en juin 2022 et comptera douze étages, dont les six premiers offriront 6 689 mètres carrés (72 000 pieds carrés) d’espace WeWork. Le Stage est constitué de ces deux immeubles.

Mettre en scène une entrée spectaculaire

Si les acteurs du Curtain savaient captiver leur public dès leur arrivée sur scène, les concepteurs du Hewett ont aussi compris que le rez-de-chaussée d’un immeuble doit être présenté de façon spectaculaire. Dans cet immeuble, on y trouve un hall d’entrée partagé tout aussi remarquable que discret : le sol en béton chauffé est si bien poli que le néon complexe arborant un motif de soleil qui orne le bureau de la réception s’y reflète comme les rayons du soleil sur l’océan. 

« Comme l’espace contient beaucoup d’éléments gris, l’équipe d’infographie a voulu ajouter un peu de chaleur, ce qui explique le motif du soleil », a expliqué Amaya Rutherford, la décoratrice d’intérieur principale chez WeWork ayant dirigé le projet.

WeWork The Hewett à Londres. Photos par WeWork

Des panneaux de couleur colombe, fabriqués à partir de bois de grange canadien recyclé, tapissent les murs. Ils ajoutent une couche de chaleur et de neutralité qui viennent équilibrer le contraste entre le sol de béton et le néon arborant un motif de soleil éclatant qui orne le bureau de la réception. Derrière ce bureau se trouve une toile blanche qui affiche une saisissante murale personnalisée, ornée de formes géométriques peintes en noir et blanc, et s’élevant à trois mètres de haut.

Selon Amaya Rutherford, « le concept global de la création était de mettre en valeur l’espace, et la juxtaposition y fonctionne bien ».

Des matériaux qui relatent l’histoire

Bien que l’immeuble Hewett soit moderne, sans l’ombre d’un doute, les tissus qui l’ornent l’associent également au passé.

En plus d’avoir autrefois été au cœur du théâtre anglais, Shoreditch a également été un refuge sûr pour les protestants londoniens. En 1685, le roi Louis XIV a banni le groupe de la France, et la grande majorité des protestants qui se sont enfuis en Angleterre se sont réfugiés dans le quartier de Londres, où ils ont survécu en travaillant dans le commerce de produits de mercerie.

Des rappels de l’histoire se retrouvent dans les meubles rembourrés et les tissus du Hewett qui arborent de riches teintes de tartan, de brun et de bleu. « Dans ce projet, nous avons exploité une gamme de différents tissus, et les magnifiques teintes nous ont aidés à raconter l’histoire de cette région », annonce Amaya Rutherford.

Chaque mur dans l’espace des bureaux laisse entrer la lumière. L’espace est bien éclairé, même les jours de pluie.

Amaya Rutherford, décoratrice d’intérieur principale chez WeWork

De plus, des poutres, des portes et des cadres de fenêtres en bois datant de plusieurs siècles ont été récupérés dans les fouilles de 2012, puis intégrés directement à la conception de l’immeuble. « 90 % du rez-de-chaussée a été façonné à partir des éléments de menuiserie que nous avons récupérés. Nous sommes fiers d’avoir accompli cette réussite », exprime Elena De Dominici, une responsable de l’architecture chez WeWork ayant joué un rôle essentiel dans le projet. 

Vue d’en haut

Comme dans tous les immeubles de WeWork, les étages offrent une sélection d’espaces de travail collaboratifs, de bureaux multiples et d’étages destinés à un membre unique. La salle de conférence est reliée à un espace événementiel qui peut être fermé ou ouvert au besoin. L’abondante lumière naturelle et les hauts plafonds présents à chaque étage font rayonner l’espace.

« Comme l’immeuble est étroit, les bureaux sont illuminés de tous les côtés, explique Amaya Rutherford. C’est lumineux, même les jours de pluie. »

Des éléments surprenants surviennent de tous côtés, notamment une table de conférence tendance faite de marbre rouge espagnol, un lounge, un Espace de la Communauté et un studio de bien-être muni de douches. Toutefois, la pièce maîtresse de l’immeuble Hewett se trouve au septième étage : il s’agit d’une vaste terrasse en hauteur faisant face à l’ouest, où les arbres et les jardinières permettent d’être en communion avec la nature. Pendant la journée, les visiteurs peuvent y admirer la vue de Londres. 

Au crépuscule, la scène offre un spectacle digne d’un immeuble dont la fondation repose sur l’histoire du théâtre : de remarquables couchers de soleil entrent en scène pour terminer la journée en beauté, comme un rideau qui tombe à la fin d’une pièce.  

Debra Kamin est un écrivain de Californie. Son travail a été publié sur dans le New York Times, le Wall Street Journal, Newsweek, CNN, et plus.

Vous repensez votre espace de travail?

Est-ce que cet article vous a été utile?
Catégorie
Produits flexibles
Étiquettes
EMEA
ESPACE FLEXIBLE
GUIDES DES VILLES