Les changements que les universités attendaient

Les changements dans les universités que les innovateurs en matière d'éducation ont longtemps cherché à mettre en œuvre sont maintenant mis en avant

Alors que les universités continuent à se battre pour relever les défis de la période de pandémie, une nouvelle réalité se dessine lentement : il ne s’agit pas d’une crise à court terme. Les universités essaient actuellement de trouver des moyens d’enseigner et de loger les étudiants en toute sécurité, de fournir aux professeurs et au personnel des lieux de travail sûrs et de rester solvables. Les solutions à court terme d’urgence commencent à être combinées à des améliorations à long terme de l’entreprise de l’enseignement supérieur, qui ne lui apportent que des avantages.

Une instruction plus pertinente est un élément essentiel des changements en cours. Des innovateurs de longue date guident aujourd’hui des collègues cherchant soudainement et désespérément à savoir comment l’enseignement en ligne peut être un choix plaisant, non seulement comme mode de transmission de l’information, mais aussi comme plateforme pour un véritable échange d’idées, la création d’une communauté et l’attisement de la curiosité.

Mais adapter l’enseignement en dehors de la salle de classe, du laboratoire et des lieux traditionnels demande du temps. Des dizaines de milliers d’enseignants talentueux, créatifs et bien ancrés dans leurs habitudes se sont vus contraints par la pandémie de COVID-19 de sortir de leur marasme numérique où la plupart se complaisaient, et de se mettre à enseigner et à apprendre de nouvelles méthodes prometteuses. Attendez-vous à ce que les nouvelles approches et meilleures pratiques soient mises en avant dans les mois à venir, ainsi qu’à une renaissance de la vitalité dans la « salle de classe », quelle que soit la forme que pourrait prendre ce concept récemment ébranlé.

Les universités seront plus abordables

Le coût exponentiel de l’enseignement supérieur est enfin examiné sérieusement. Bien sûr, à court terme, les coûts de fonctionnement des universités augmentent. De nouvelles salles de classe sous tente apparaissent sur les campus américains, de la Tulane University à la Nouvelle-Orléans à la Ohio State University à Columbus, et ce, à un coût qui n’est pas négligeable. Les résidences étudiantes et les salles de classe dé-densifiées entraînent des frais supplémentaires par étudiant pour les aménagements. Et même si certains coûts ont diminué parce que des groupes importants d’étudiants étudient virtuellement, la perte des revenus liés aux services alimentaires et aux résidences étudiantes portent un énorme préjudice aux budgets des universités.

Face à ces défis, certaines universités se concentrent néanmoins sur le long terme et ont réduit les coûts directs pour les étudiants : la Seattle Pacific University a réduit ses frais de scolarité pour 2021-2022 de 25 %. Le Williams College, qui est financièrement aisé, a réduit ses frais de scolarité de 15 % pour l’année en cours, et la Southern New Hampshire University réduira ses coûts de 60 % pour le prochain semestre.

L’enseignement en ligne devient beaucoup mieux accepté

Au-delà des gros titres, il s’agit d’une nouvelle flexibilité dans l’offre de cours qui s’étend à l’ensemble de l’enseignement supérieur et qui fera une énorme différence pour les étudiants. Pendant des années, des programmes en ligne novateurs d’universités allant de l’université du Maryland à l’université de Harvard ont été suivis principalement au sein de l’ancienne communauté, et des divisions de formation continue comme la Extension School de Harvard. 

Bien qu’ils partagent une certaine rigueur et un certain engagement de la part des professeurs dans leurs campus traditionnels, ces programmes ont été gardés à l’écart des marques principales pendant des années, en particulier dans les universités d’élite, souvent en raison de préoccupations liées à l’association des étudiants de premier cycle à la perception d’étudiants moins performants ou suivant un enseignement continu à un âge plus avancé. Mais ce n’est plus le cas. L’enseignement en ligne a soudainement été intégré dans pratiquement tous les programmes dans toutes les universités. Les universités n’ont pas d’autres choix.

WeWork 1 South Dearborn à Chicago, IL.

Les administrateurs d’universités allant du système de la University of California à la Northeastern University de Boston prévoient de donner aux étudiants plus de choix dans l’association de cours en ligne avec des cours sur le campus plus ou moins définitivement. Et cette introduction à un cours de psychologie pour 200 personnes ? Elle ne reviendra pas (principalement pour des raisons de sécurité sanitaire), du moins pas sous sa forme traditionnelle. L’enseignement sera dispensé en associant des cours en ligne, attirant potentiellement des dizaines de milliers d’étudiants (un modèle validé par Coursera et les cours en ligne ouverts et massifs qui s’en rapprochent, les MOOC) avec des sections de discussion plus petites dans la vie réelle.

Ces changements auront des répercussions énormes sur l’accessibilité de l’enseignement supérieur. Pour les étudiants, le coût a deux facettes : l’argent que vous payez et l’argent que vous ne gagnez pas. Du parent célibataire – qui ne peut pas se permettre de recourir à une garderie pour deux fois le coût des frais de scolarité – au futur étudiant en MBA – qui ne peut pas se permettre de passer deux ans sans un salaire substantiel – les étudiants font depuis des décennies ce que les consultants en gestion appellent les mathématiques du TCO (c’est-à-dire le coût total de possession), et trouvent trop peu de moyens de payer les frais de scolarité tout en renonçant à des revenus et en accumulant des dettes. 

La possibilité de suivre une partie ou la totalité des cours des programmes de base dans des universités réputées (non pas à la périphérie mais au centre) tout en pouvant travailler sera un avantage incomparable pour des millions de personnes.

Et, bien sûr, une plus grande accessibilité signifie une plus grande diversité car de plus en plus d’étudiants coincés aux niveaux inférieurs de la pyramide économique voient baisser le coût total des diplômes universitaires. C’est une victoire considérable pour la plupart des universités.

De nouvelles façons de gérer les universités

Des écoles allant de la University of Maryland à la Purdue University en Indiana constatent que des programmes en ligne bien conçus et pris en charge leur apportent des milliers, voire des dizaines de milliers, de nouveaux étudiants. La plupart des programmes les plus réussis utilisent un modèle hybride qui réunit des groupes d’étudiants sur le campus pendant quelques jours par trimestre, comme l’a fait Northeastern dans nombre de ses programmes d’études supérieures. Les universités collaborent également avec des écoles locales et des communautés de coworking comme WeWork pour créer des zones d’apprentissage à proximité des communautés d’étudiants

WeWork Preston Center à Dallas, TX, États-Unis.

Depuis près de 20 ans, l’université de Londres propose un catalogue vaste et varié d’offres uniquement en ligne. En tant que pionnier de cette stratégie, elle a appris que les partenaires locaux apportent une valeur ajoutée précieuse en fournissant une communauté physique qui aide les étudiants à apprendre davantage, à persévérer dans leurs études et à bâtir une communauté. Davantage d’universités aux États-Unis devraient suivre cette voie et trouver ainsi un avenir meilleur.

Peter Temes est le fondateur et le président de The Institute for Innovation in Large Organisation. Il a été président de la Antioch New England Graduate School, doyen et directeur général du campus de la Northeastern University, et membre du corps enseignant de l’université de Harvard. Il est l’auteur de plusieurs livres et a écrit sur l’éducation pour le New York Times, le Chronicle of Higher Education et Education Week.

Vous êtes intéressé par un espace de travail ? Contactez-nous !