Comment une responsable commerciale a trouvé une nouvelle routine et de nouveaux espaces de travail

Travailler depuis un appartement bondé n’était pas idéal. All Access a offert un équilibre nécessaire entre travail et vie personnelle

Nos méthodes de travail ont fondamentalement changé. Les réunions virtuelles et le télétravail sont devenus la nouvelle norme. Comment les personnes peuvent-elles maintenir un équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée lorsqu’il n’y a pas de séparation entre la maison et le bureau ? Comment restent-elles concentrées tout en jonglant avec les préoccupations en matière de santé et de sécurité ? Dans Le nouveau monde du travail, des personnes partagent leurs expériences et nous disent comment elles s’en sortent — et s’épanouissent — dans leur vie professionnelle, en utilisant des outils comme WeWork All Access dans la nouvelle normalité.

Pendant la pandémie, Sarah Crabbe avait gardé une attitude positive à l’égard du télétravail obligatoire jusqu’au début du mois de septembre. Après avoir quitté l’appartement de New York qu’elle partageait avec son mari et son fils de quatre ans pour s’installer dans un espace plus grand dans le New Jersey pendant l’été, Mme Crabbe, vice-présidente des ventes de publicité, était parvenue à accepter la politique de son entreprise. Pourtant, à la fin de l’été, elle a été informée que le télétravail ne prendrait pas fin avant mars 2021. 

« Dès que je suis retournée en ville au début du mois de septembre, je me suis dit : bon, je dois trouver une solution. cela ne fonctionne pas », explique-t-elle.

Pour Mme Crabbe et beaucoup d’autres familles, la pandémie de COVID-19 avait perturbé une routine bien réglée. Pour elle, la journée commençait avec la sonnerie du réveil à 5 heures 40 et le départ de chez elle pour aller participer à une classe d’exercices à la barre à 6 heures. Son fils se réveillait plus ou moins à son retour, ce qui lui donnait juste assez de temps pour se préparer pour la journée et partir de chez elle avant 8 heures 30. Elle arrivait à son bureau de Midtown à 9 heures, puis alternait entre les réunions, les déjeuners avec les clients et le travail de concentration au bureau jusqu’à 18 heures. 

Lorsqu’elle et son mari ont commencé à travailler à domicile en mars dernier, elle se réveillait lorsque son fils se réveillait (« …ce qui est malheureusement tôt, mais ce n’est pas un problème », dit-elle). Après une séance d’entraînement en ligne, Mme Crabbe et son mari préparaient le poste de travail à distance de leur enfant, puis elle commençait à prendre ses appels. 

Étant donné l’imprévisibilité de l’emploi du temps de l’école maternelle de son fils (un modèle hybride qui est retourné au modèle entièrement à distance en novembre), l’organisation n’était pas idéale. « Mon mari est sur le lit, et je suis ici dans le coin de la chambre pendant que notre nounou est dans le salon avec notre fils et qu’ils se préparent à partir. Une fois qu’ils sont dehors, mon mari et moi pouvons être dans des pièces différentes », dit Mme Crabbe. 

Malgré son éthique solide de travail, Mme Crabbe a également été en proie à des distractions typiques du travail à domicile comme « je vais juste ranger mes tiroirs, organiser mes livres par code de couleur, passer 30 minutes à nettoyer la salle de bains ». Son appartement n’était « certainement pas le meilleur environnement de travail ». Elle avait besoin d’un espace plus propice au travail.

Des études montrent que le travail à domicile pendant la pandémie semblait être un succès au départ. McKinsey a indiqué que 80 % des gens appréciaient le travail à domicile ; BCG a constaté que 75 % des travailleurs étaient en mesure de maintenir ou d’améliorer la productivité au cours des premiers mois de la pandémie. Mais au fil du temps, il y a eu une baisse considérable de la performance et de la satisfaction en ce qui concerne les tâches collaboratives, selon une étude récente de WeWork et de brightspot strategy. D’après cette étude, une grande majorité des personnes interrogées (90 %) souhaitaient retourner au bureau au moins une fois par semaine. Un rapport d’Oracle a constaté que 85 % des personnes ont déclaré qu’au cours de la pandémie de COVID-19, les problèmes survenus dans un environnement de travail à distance entraînent un manque de sommeil, une mauvaise santé physique, un appauvrissement du bien-être à la maison et une détérioration des relations interpersonnelles.

Au cours du mois de septembre dernier, une amie et membre WeWork a recommandé WeWork à Mme Crabbe. « WeWork était vraiment la seule option que j’ai envisagée parce que je connaissais quelqu’un qui avait une expérience positive ici », confirme-t-elle. L’abonnement WeWork All Access venait d’être lancé : une option d’abonnement qui permet aux membres d’accéder à des espaces de travail dans des centaines d’emplacements WeWork à travers le monde. 

Comme son abonnement lui donne la possibilité de travailler depuis un nombre illimité d’emplacements, elle a pu utiliser des espaces partout où des affaires professionnelles ou personnelles l’ont amenée. Et comme elle vit dans le centre-ville de New York, elle se rend principalement au WeWork 200 Broadway ou au WeWork 11 Park Place. Mais après un rendez-vous chez le dentiste un jour, à Midtown, elle a profité de la proximité du WeWork 450 Lexington Ave ; un autre jour, elle s’est rendue au WeWork 12 East 49th St après avoir déjeuné avec une amie.

Mme Crabbe a apprécié le design léger et aéré de l’établissement 200 Broadway, ainsi que les alcôves accueillantes et les cabines téléphoniques qui permettent des appels et des réunions privées. Elle aime le fait que l’espace soit « constitué principalement de fenêtres » et qu’il lui rappelle vaguement son ancien bureau, qui en avait une grande. Lorsqu’elle a besoin d’une salle de réunion, elle se déplace vers le 11 Park Place

Elle apprécie le fait d’avoir enfin un espace de travail dédié. « Le plus drôle, c’est que lorsque nous travaillions tous dans nos propres bureaux, les gens passaient toujours dans votre bureau et vous dérangeaient pour une petite conversation », dit-elle. « Mais nous avions besoin de ces pauses. [Maintenant] quand je me rends dans un espace WeWork Now, parce que je ne connais aucune des autres personnes, j’apprécie en quelque sorte ce sentiment de concentration, de me trouver dans un bureau, que j’adore. » 

Les équipes de la communauté ont joué un rôle essentiel dans son expérience. Dans les établissements 11 Park Place et 200 Broadway, j’ai demandé à visiter les lieux la première fois que je m’y suis rendue », raconte-t-elle. « Ils m’ont vraiment beaucoup aidée ! »

Avec son abonnement WeWork All Access, Mme Crabbe a trouvé une nouvelle routine qui lui convient. Elle se rend habituellement dans les établissements WeWork les lundis, jeudis et parfois les mercredis, généralement pour une demi-journée ou pour la durée de son travail. Elle se rend dans un espace WeWork les jours de mauvais temps ou lorsqu’elle sait qu’elle a un programme rempli de réunions virtuelles et d’échéances à distance.

Son fils rentre de ses activités (parc, jeux) vers cinq heures, et c’est le « signal » pour Mme Crabbe d’éteindre l’ordinateur. L’acte de se verser un verre de vin est également un bon signal qu’il est temps de terminer la journée de travail. 

« Je pense que la simple routine de quitter la maison est quelque chose qui me plaît vraiment », dit-elle. Quitter la maison permet également à elle et à son mari d’avoir des conversations d’« après-travail » ; ils peuvent maintenant se demander mutuellement « Comment s’est passée ta journée de travail ? » Qu’as-tu fait aujourd’hui ? Tout comme « avant ». « J’ai entendu des gens dire que la famille était tout ce qui comptait, mais elle n’est pas censée être la seule chose. C’est donc agréable quand je vais au travail, ou quand il fait une longue balade à vélo », dit-elle, ajoutant qu’il y a une énorme différence entre partager un appartement de 85 mètres carrés, comme elle et sa famille le font, et se répartir dans une maison de trois étages avec un sous-sol.

Avec sa nouvelle organisation de travail, elle est convaincue que la transition de son fils vers des cours à nouveau entièrement à distance ne sera pas aussi problématique que lors de la première vague de confinement. Compte tenu de sa nouvelle routine, Mme Crabbe affirme avec confiance qu’elle profitera encore plus des espaces WeWork. 

Angelica Frey est une écrivaine et traductrice qui couvre les arts, la mode et la nourriture. Originaire de Milan, elle vit actuellement à Brooklyn.

Vous êtes intéressé par un espace de travail ? Contactez-nous !
Cet article a-t-il été utile ?
thumbs-up thumbs-down